Cahors Blues Festival 2006 – 2/3

Co-présidents : garder : la chaleur humaine…
Il faut les arracher de leur pupitre de commande pour obtenir leurs premiers sentiments sur cette 25e édition. Bernard Vollant et Jean-Pierre Lemozit sont les deux co-présidents du festival… « Nouvelle vague, renouveau… Il fallait, nous affirme Bernard, réduire le décalage et le fossé qui s’était creusé entre les spectacles de blues et les Cadurciens, la nouveauté majeure de l’édition 2006 : réinvestir la ville avec une nouvelle implantation « l’espace Bessières » nouvel écrin des performances musicales… Deuxième pari audacieux, se passer de direction artistique et miser sur le tout bénévolat »…


« Comme Bernard j’ai pris une semaine de congé… » nous confie Jean-Pierre vieux briscard du festival responsable de l’espace VIP depuis18 années … Ce n’est pas sans une certaine fierté qu’ils ont accueilli hier soir le sénateur et le maire de leur ville…

La conviction, la passion guident l’apprentissage, les efforts et la patience d’une grossesse, neuf mois de préparation, portent déjà les fruits d’une renaissance… Tous les deux citent déjà des points de repère : les espagnols mardi soir, les témoignages de Nina et du manager des Canned Heat qui leur assurent que nulle part ailleurs l’accueil n’est aussi attentionné qu’ici… L’interview qui ne devait durer que 5 minutes déborde tant les deux hommes communiquent une bonne dose de chaleur humaine. D’ailleurs, c’est ce qu’ils souhaitent préserver : la chaleur humaine… Ils font fi de l’intelligentsia, Ils désirent proposer des spectacles directs en pensant avant tout à faire plaisir au public et aux musiciens, et s’il y a dans cette nouvelle effervescence de belles découvertes comme les Travellin Brothers « Nous sommes comblés » répètent-ils en chœur.

DSC_9735

Monster Mike Welch – From Boston to Cahors
« Il n’y a plus de place pour jouer le blues aux Etats-Unis. » C’est ce que nous répond Mike Welch quand on lui demande quelle est la différence entre les EU et l’Europe et la France en particulier… « C’est le cercle infernal, pas d’endroits pour jouer, pas de public, pas de disque et encore moins de distribution. Même s’il reste beaucoup d’amateurs de blues américains, les points de rencontres sont de plus en plus rares…
Mike Welch vient de signer sur le label français Dixie Frog. Une aubaine pour ce jeune homme souriant qui délivre cette année un nouvel album « Cryin’ Hey ! » qu’il a voulu en rupture avec son travail précédent. « Je veux jouer ma propre musique, c’est clair qu’il y a quelques années, je n’étais pas capable de produire ce genre de disque. Vous savez beaucoup de grands maîtres de la guitare blues chantent comme ils jouent, écoutez BB King, Muddy Waters… C’est ce qui m’inspire aujourd’hui ». il poursuit souriant « j’ai vraiment trouvez un équilibre avec un deuxième guitariste : Nick Moss… Je suis satisfait du résultat. »
Partagé entre les Etats-Unis et l’Europe où il faut le rappeler il vend l’essentiel de ses disques, on peut laisser filer une pensée : pourquoi ne pas s’installer en France ? Sa femme et son fils vivent aux States… Alors…
Finalement ce petit monstre de la guitare serait bien devenu le parfait anti-guitar-hero.

http://www.monstermikewelch.com/
http://www.nickmoss.com/

DSC_0238DSC_0212DSC_0235

(à suivre)…

 

les 5 derniers articles de Jérôme Travers

0 Commentaires

Laisser une réponse

DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?