Boz Scaggs Memphis

Boz Scaggs – Memphis • Membram, Harmonia Mundi, Believe Digital
Pour mémoire, Boz Scaggs est né sous le nom de William Royce le 8 juin 1944 à Canton dans l’Ohio. Chanteur, auteur, compositeur et guitariste, il débute à l’âge de 15 ans dans le groupe de Steve Miller, The Marksmen. Quelques années plus tard, les deux compères se retrouvent à l’Université du Wisconsin pour jouer dans le groupe The Ardells. Après avoir été chanteur de moult combos, Boz Scaggs débute une carrière solo en 1965.

Fidèle à son ami et condisciple Steve Miller, il participe aux deux premiers albums de celui-ci à savoir “Children of the Future” et “Sailor”, dans une veine psychédélique. Boz a enregistré à ce jour pas moins de dix-huit disques à son nom, dont “Silk Degrees” en 1976 qui devint numéro 2 dans les classements américains et qui lui permit un Grammy Award et “Middle Man” en 1980 qui lui aussi connu un succès considérable et “But Beautifu”l qui égrène une collections de standards de jazz, album qui fut itou un succès en 2003.

Musicien éclectique s’il en est, aussi à l’aise dans le rock psychédélique que dans le jazz, Boz Scaggs propose aujourd’hui un CD à dominance soul. Ce présent ouvrage est essentiellement composé de reprises allant de “So Good To Be There” d’Al Green à “Mixed Up”, à “Shook Up Girl” de Willie DeVille en passant par “Rainy Night In Georgia” de Tony Joe White, “Pearl Of The Quarter” de Donald Fagen et Walter Becker, “Cadillac Walk” de Moon Martin ou encore “You Got Me Cryin” de Jimmy Reed. Seuls deux titres sont composés par Scaggs. Des invités de marque y font leur apparition dont Keb’ Mo et Charlie Musselwhite sur “Dry Spell” de Jack Walrath.
Après un démarrage dans la plus pure veine Memphis Soul, l’album évolue entre la soul, la pop, le blues et un rock des plus pêchus avec tout de même une prédominance soul blues grâce à une voix medium aiguë caractéristique.

Claude Dannic

 

les 5 derniers articles de Claude Dannic

2 Commentaires
  1. Jérôme Travers 8 ans Il y a

    Je suis resté scotché à son CD “Come on home” de 1997, je vais jeter une oreille sur ce petit dernier

  2. Jipes 8 ans Il y a

    J’ai toujours bien aimé Boz scaggs même si sa production alterne le très bon (Dig, Come on Home) avec la soupe assez indigeste (some changes). Je pense que celui ci devrait me ravir car Boz Scaggs n’est jamais aussi bon que lorsqu’il laisse parler ses influences Blues et soul

Laisser une réponse

DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?