Boogie Woogie Veterans : Henry Gray et Cousin Joe

Les Disques

Henry Gray & Cousin Joe « The Blues Of… » Storyville STCD 8053
Ce magnifique CD s’adresse en priorité aux amateurs de piano. Le label Storyville a la bonne idée de nous faire partager une soirée où furent conviés tour à tour Henry Gray et Cousin Joe, lors d’un concert en 1984 à la Nouvelle-Orléans. Les deux protagonistes de ce concert, sont tous deux originaires de la Louisiane, mais émigrèrent à Chicago (Gray) et à New York (Cousin Joe) où ils firent carrière, avant de rejoindre le monde des bayous.

Le style de ces deux pianistes est cependant différent, le jeu de Gray est énergique, vigoureux et dégauchi. Henry reprend 9 titres, parmi lesquels on retrouve quelques compositions qui connurent un immense succès (Cold Chills, Boogie Woogie). J’apprécie particulièrement le splendide « Shake a Hand » de Joe Morris ainsi que « Bright Lights Big City » accrédité ici au couple Reed. On a le droit à quelques anecdotes de la part d’Henry, souvent sous un ton déclamatoire. C’est une tornade qui s’échappe des ivoires de ce pianiste vétéran, variant entre le style sombre du Chicago blues et le blues plus lent, plus paresseux du Swamp. Viennent ensuite neuf compositions de Cousin joe, sans doute pour ne pas faire de jaloux. Cousin joe reprend quelques unes de ses plus belles pièces, (« Beggin’ Woman », » Married Life »). L’humour est grinçant, et les touches plus subtiles que son prédécesseur, on a aussi l’impression que Cousin a plus de facilité à se mettre l’auditoire dans la poche grâce à sa jovialité transmissible. C’est un excellent récital de piano qui nous est donc proposé ici, même si on peut préférer les enregistrements de 1970 édités par le label Black & Blue et l’album « New York New Orléans Blues »paru chez EPM pour Joe ; ainsi que le « Plays Chicago Blues » gravé par Hightone Records. Ce Cd permet d’entendre deux légendes dans la même salle et dans un style diamétralement opposé.

Henry Gray est originaire de Louisiane où il voit le jour en 1925. Inspiré par Big Maceo Meriwether, il commence le piano dans une église à l’age de 8 ans. Il fut pianiste pour Howlin’ Wolf entre 1956 et 1968. En 1968 Henry retrouve ses racines en rejoignant sa famille à Alsen. Il participe à de magnifiques séances d’enregistrements pour le label Excello de J.D.Miller. On pourra apprécier, entre autre, ses passages en compagnie de Whispering Smith, Slim Harpo et Tabby Thomas. Henry fonde par la suite son propre orchestre The Cats avec Andy Cornett à la basse et Earl Christopher aux baguettes. Au cours de sa longue carrière, Henry a côtoyé tout le gratin ou presque (BB King, James Cotton, Jimmy Rogers, Jimmy Reed, Muddy Waters, Buddy Guy, Junior Wells, Bo Diddley, Clarence Edwards, Jimmy Dawkins) Pour l’avoir vu et entendu lors de son passage au Méridien il y a deux ans, en compagnie de l’excellent guitariste Lil Buck Sinegal, on peut dire qu’Henry a toujours une technique robuste, un timbre de voix clair et l’œil pétillant.

Cousin Joe, de son vrai nom Joseph Pleasant, est né à wallace (Louisiane) en 1907. Ce pianiste atypique a passé son enfance à la Nouvelle Orléans où il commence à jouer dans les églises, les clubs et les tavernes de Storyville. Pendant la guerre, il part s’installer à New York et prend place parmi diverses formations de Jazz et de Blues. Cousin va rapidement obtenir de probants succès à Harlem ; il regagne la Nouvelle Orléans en 1948. Il participe sur le tard à quelques tournées européennes. Il a un timbre de voix nasillard mélangé à un accent un peu blasé mais est réputé pour son humour grinçant mais contagieux. Au début des années 50, il participe à des magnifiques séances en compagnie de Jimmy Shirley, Sidney Bechet, et du formidable guitariste Al Casey. Mais le plus souvent Cousin Joe se contente de jouer dans sa ville. Ce pianiste nous a quitté en 1989.

Le Kingbee

 

les 5 derniers articles de kingbee

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?