Blues Twins

Shake Your Hips – Blues Twins – autoproduit
Après leur Tube « Caroline Smile » sur l’album du même nom enregistré à la hâte, les Shake Your Hips avaient à cœur de renouveler l’expérience du studio après quatre années de besogne et de concerts aux six coins du pays. Les SYH ont fait les choses en grand puisque c’est un coffret double CD qui est sorti en janvier dernier. Les Shake nous livrent d’une part, douze compositions originales dans la langue d’Elvis et d’autre part un live témoignant de l’ambiance de leurs concerts passés.
De la vague du blues français version Jump des années 90, il semble que le vent tourne vers un blues rock puissant, décomplexé et sexy… Dans les pas du Blues Power Band, véritable locomotive du genre, Le Power Blues retrouve depuis quelques mois une nouvelle vigueur. Rejetons de Little Bob ? Inspirations mutuelles ? C’est dans l’air !
Vous l’aurez deviné, Le Blues des Shake n’est pas une partie de campagne un dimanche ensoleillé, C’est du lourd, de l’urbain, un rock fantasmé aux nuits américaines down town. Des virées au Drive-in, aux bars improbables bondés de motards heureux, le cœur au chaud les yeux dans le Jack, les tympans vrillés par la Telecaster d’Olivier Raymond dit « Raymond La Truelle ». A l’écoute on mesure le travail d’Olivier qui est capable aujourd’hui de nous faire profiter d’une belle palette de sons et de styles, c’est la grosse taloche de l’album ! (Blinking Idiot, The End of It).

Olivier Raymond, Shake Your Hips
Olivier Raymond – Soirée Blues à la Flèche d’Or, Paris

Alors, ça fleure bon le gasoil, la gomme brulée, vous roulez d’une piste à l’autre, plein phare, d’un rock à la Bob Seger (Shake, The Gathering), au British Pub Rock (Mary Jane) quand la rythmique des frères Férié découpe l’air plus sec, la frappe plus tendue, le groove au plus de près de l’os…
C’est le souffle de Jean-Marc Henaux à l’harmonica qui nous ramène vers Chicago, Dans l’esprit de Musselwhite, Cotton ou Mark Hummel pour le jeu en accords, Jean-Marc est tombé amoureux du son saturé dont il maîtrise le grain et les finesses (Swing, Eight O’clock Blues, The End of It).
Les textes évoquent l’esprit du genre ce qui énerve peut-être un brin sur les bords, encore des mecs qui veulent sauver le Blues… Saviez-vous qu’il était en péril ?… Physique de Bodyguard, gourou au cœur tendre, Freddy Miller, la gouaille des Shake, atteind sa meilleure interprétation sur les blues lents (Red Bag’s girl, The End of It, Eight O’clock Blues en duo avec Bannish du BPB). Même s’il reste une petite pointe d’accent franchouillard, la voix et la présence de Freddy assurent la cohésion de l’ensemble de ce Blues Twins.
Rien de nouveau sous la lune, donc… Le chien continue d’hurler dans les arrières cours de la grande ville, un disque de Blues Rock multi-carte impeccable et sincère, qui ravira les amateurs des trajets longue distance.

http://www.myspace.com/shakeshakeyourhips

Jérôme Travers

 

les 5 derniers articles de Jérôme Travers

0 Commentaires

Laisser une réponse

DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?