Blues explosion à Tremblay, BB and the Blues Shacks

Quand les cinq germains de BB and the Blues Shackss jouent “Little By Little” de Junior Wells, on voit la vie en bleu… Ce samedi 29 mars 2003, Ils étaient les invités de Michel Rémond dans la très belle salle de l’Odéon à Tremblay…
• photos Patrick Demathieu

Alors ? et bien d’abord, il y a le bouillonnant petit frère, Michael Arlt, chanteur et harmonisiste qui est la locomotive tirant les autres membres du groupe vers le haut… Le grand frère, Andreas Arlt, à la guitare connait son blues sur le bout des doigts. Sa Gibson réglée sur le micro aigüe, il envoie des soli intelligents (comment un solo peut-il être intelligent ? à vous de deviner !) faussement simple et, petit à petit, il impose son style et son son avec tant de “désinvolture” et de “détachement” qu’on devine qu’il en garde sous la semelle. N’est-ce pas là le signe d’un talent sans faille ?

Little by Little : un répertoire choisi ! Du jump mais aussi du Chicago comme “Sit down Baby” d’Otis Rush, ou cette belle reprise de Little Walter ou encore Texas avec le “Okie Dockie Stomp” de “Gate” Brown et encore le très poignant “Glamour Girl” (ndr : ce n’est pas Jocelyn Richez qui me contredira !). Jah vol ! Petit à petit le show très professionnel se construit, ponctué d’instants choisis quand les membres du groupe jouent à très bas volume à la manière de Buddy Guy – aidés en cela par l’acoustique parfaite de la salle – Ces instants de grand calme, arrachent des sourires au public. L’explosion de blues qui les suit, ne fait pas regretter aux mères de famille, un samedi soir devant la télé à regarder un match de foot ! Surtout quand le chanteur esquisse une danse lassive derrière le pied de micro ou quand il relève sa chemise laissant les demoiselles admirer une étonnante musculature… mais là, je m’égare…


Andreas Bock, le rythme des Blues Shacks

Alors je termine avec le fabuleux batteur qu’est Andreas Bock, véritable donneur de rythme, géant des “baguettes”, l’infatigable Henning Hauerken, bassiste au sourire banane, faisant virvolter sa double bass. Quant au pianiste berlinois à la chemise rouge (dont je n’ai pas saisi le patronime) il plaque fièvreusement ses accords colorés et donne de la fluidité à l’ensemble.

Little by Little, day by day, Ils écument les bars et les petites salles du Chittlin’ circuit européen, les BB and Blues Shacks proposent leur enthousiasme depuis plus de 13 ans. Ils ont été récompensés samedi par le public ; il ne s’est pas trompé sur ces cinq là !!!
Bravo messieurs !!!

Docteur Blues

 

les 5 derniers articles de Jérôme Travers

0 Commentaires

Laisser une réponse

DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?