Blues Caravan 2016

Blues Caravan 2016 • Ruf
Layla Zoe • Breaking Free
Tasha Taylor • Honey For The Biscuit
Inas ForsmanInas Forsman
Layla Zoe, Tasha Taylor et Ina Forsman sont cette année les trois artistes du label allemand Ruf qui vont constitués la tournée américaine et européenne du douzième Blues Caravan. Hélas, il n’y aura que deux dates en France. La première le 2 avril à Gif sur Yvette et la seconde le 14 mai à Bourgoin-Jallieu.

Après neuf disques enregistrés, Breaking Free confirme tout le bien qu’on pensait de la Canadienne Layla Zoe. Tous les morceaux à l’exception de Wild Horses des Rolling Stones, sont des originaux. Toutes les musiques sont de Jan Laacks et tous les textes sont de Layla Zoe. Non content d’être le compositeur de l’album, Jan Laacks tient les guitares électriques et acoustiques, les backing vocals, l’orgue, la lap steel et les percussions. Gregor Sonnenberg est à la basse et à l’orgue, Hardy Fischötter est aux drums et Sonny Landreth est invité à la guitare sur “Wild Horses”. Le CD alterne des moments rugueux et des instants plus tendres, navigant entre des titres poignants comme “Sweet Angel” où l’influence d’Hendrix se fait ressentir, des titres plus suaves comme “A Good Man” et le morceau éponyme au rock and roll lancinant. Peu à peu, Layla Zoe se dégage de ses imitations de Janis Joplin pour se créer un panthéon plus personnel entre blues ballads, blues rock et rock psychédélique s’éloignant d’un univers pop qu’on a pu lui connaître. Au niveau des lyrics, la plupart des morceaux traitent de l’amour, ce qui peut paraître quelque peu désuet mais il y a aussi des textes à propos de l’industrie musicale, une chanson plus politique comme sur tous ses albums et surtout, une superbe ballade à propos de sa meilleure amie, Marsha, qui est décédée en 2010 d’une rupture d’anévrisme.

Tasha Taylor, quant à elle, s’est toujours partagée entre la soul et le blues. Aujourd’hui, avec son troisième album, Honey For The Biscuit, la chanteuse américaine, auteure, compositrice, productrice, guitariste, pianiste, se dégage elle aussi d’une ombre tutélaire, à savoir celle de son père, le géant de la Stax, Johnnie Taylor. Ici, aucune reprise, tous les titres sont composés et écrits par la demoiselle, à l’exception de trois titres co-écrits avec Tom Hambridge et Richard Fleming. Nathan Watts est à la basse, John Notto est à la guitare ainsi que Jon Taylor, Don Wyatt est au piano et à l’orgue et Munjungo Jackson est aux percussions. Pas moins de trois batteurs se relaient : Gerry Brown, Ronald Bruner et Stanley Randolph. Jamelle Williams, Matthew DeMeritt et Lemar Buillary tiennent les cuivres. Des invités prestigieux sont appelés à les rejoindre. Keb’ Mo’ est à la guitare et au chant sur “Family Tre”e. Robert Randolph est à la lap steel sur “Little Miss Suzie” au refrain doo-wop. Sur le funky “Leave That Dog Alone”, Samantha Fish vient en renfort avec sa voix et sa guitare. Et enfin, Tommy Castro est au micro sur “Same Old Thing”.

Ina Forsman est la révélation du trio. Si elle a représenté la Finlande en 2014 à l’European Blues Challenge et beaucoup tourné avec Guy Verlinde et Helge Tallqvist avec lequel elle a enregistré un album en 2013 où elle n’était qu’en deuxième position en invitée débutante, le CD qu’elle sort aujourd’hui, marque ses vrais débuts. En toute sincérité et sans exagération aucune, sa voix fait penser à celles de Billie Holiday et Sarah Vaughan. Elle a écrit tous les lyrics et composé les musiques avec son mentor Helge Tallqvist ou avec Harri Taittonen et surtout avec Tomi Leino. Une seule reprise est présente. Il s’agit de “I Want A Little Sugar In My Bowl” de Nina Simone qui clôt le disque. Rien de moins que Laura Chavez est à la guitare ainsi que Derek O’Brien, Nick Connolly est à l’orgue Hammond B-3, au Wurlitzer et au piano acoustique, il est bon de souligner le travail de ce piano car ce disque où le calme et la volupté règnent, est très jazzy malgré les présences des guitares, Russel Jackson est aux basses électrique et acoustique, Tommy Taylor est aux fûts et aux percussions et Helge Tallqvist, lui-même, est à l’harmonica. Une section de cuivres, The Texas Horns, est représentée par celui que l’on ne présente plus, Mark Kazanoff, par ailleurs, arrangeur et producteur de l’opus, au sax ténor, ainsi que John Mills au sax baryton et à la flûte, Al Gomez et Aaron Kazanoff, quant à eux, sont aux trompettes.

Trois artistes. Trois disques. Un label. Une tournée internationale.

Page Facebook

 

Claude Dannic

 

les 5 derniers articles de Claude Dannic

0 Commentaires

Laisser une réponse

DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?