Barber Shop

Les Disques

AWEK – Barber Shop – Mosaïc music 360482
Si Toulouse fut le berceau du blues en France au début des années 70 grâce au travail de Jean-Marie Monestier et Jean-Pierre Tahmazian de la maison Black and Blue, on aurait presque du mal à croire que cette ville est aujourd’hui un Los Angeles à la mode cassoulet tant la création y est féconde. Pour s’en convaincre, je vous propose de découvrir le troisième CD du trio toulousain Awek.

D’abord, il y a la pochette magnifique de ce disque qui recueille 12 compositions en anglais dont 2, seulement, sont des reprises “you can’t judge a book” et “flamenco woman”.
Et puis il y a Benard Sellam (“Don Bernardo” svp) qui est une révélation du côté de chez nous, en véritable patron, il assume les guitares, le chant et la majorité de l’écriture. Émancipé du blues, Bernard produit sans aucun doute la musique qu’il a envie d’entendre. ça tombe bien car nous aussi on aime l’écouter, cette musique !

On lorgne du côté de chez Billy Gibbons, Mark Knopfler, Popa Chubby ou Jimmie Vaughan. On avait peut-être un peu trop vite oublié le son du blues rock bien juteux distilé en power trio. Si celui-ci a la particularité de sentir la violette, il a aussi l’odeur âpre et plus familière du bon vieux Pub-Rock Anglosaxon.

Le low drive du slide sur les cordes est un délice sur “Going back on the road” et “Together we’ll synchronize”. Tout au long de l’album, le son chaud de l’Epiphone rejoint le timbre rapeux de la voix de Bernard et quand Youssef Remadna (l’autre révélation de l’album) vient épauler le trio avec son harmo, il pousse le leader dans ses derniers retranchements. La rythmique – Joël Ferron à la basse, et Olivier Trébel aux drums – est irréprochable. Pour le prouver, écoutez la plage 9 “Play the game” qui résume tout l’esprit du groupe grâce à 6 minutes du meilleur blues rock.
Je voudrais également saluer les arrangements des choeurs car chez Docteur Blues, on est sensible à ces petits riens qui font tout.

Enfin, le trio se tire bien d’un exercice difficile en évitant les pièges que bien d’autres n’ont su éviter. Je crois qu’on peut être fier du côté de Toulouse de ce nouveau fleuron du Blues Rock Français même si on aimerait, que ce rock, soit un peu plus personnel.

Docteur Blues

 

les 5 derniers articles de Jérôme Travers

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?