Back to holidays

Back to holidays : Amy, Charles et Barbecue
Back to Black… so long Amy, petite fée destroy londonienne mais il nous reste son unique dans tous les sens du terme CD. Comme d’hab’ on s’apercevra trop tard de la valeur de ce petit bijou sombre comme la nuit… comme d’hab’ on dira qu’elle a rien inventé… comme d’hab’ aussi que c’était fichu d’avance… mais comme d’hab’ pour beaucoup, certains soirs, on y reviendra parce que une voix pareille… et bien en écoutant “Everybody’s got to go” du dernier Buddy Guy… J’aurai bien voulu la voir se frotter à celle de ce vieux lion.
Back to black… back to blues, cet été, à Samoëns dans le cadre enchanteur de cet endroit et du festival des pépites organisé chaque année, j’ai assisté au concert du Kid de la rue de Vaugirard… j’ai nommé Charles Pasi. Super concert avec sa B… et son harmo et son band de première bourre c’est est à dire Jo Champi qui ressemble de plus en plus à Larry le matheux fou de la série “Numbers”…quel guitariste celui là, précis à la folie et dingue dans la justesse, Jimmy Sotto son bassiste aux licks de basse aussi moelleux et jazzy qu’ils peuvent être pêchus quand il s’agit d’envoyer le groove et un batteur que je ne connais pas mais dont le drumming tout en étant ciselé comme une écume de rivière peut aussi se transformer en un torrent de feeling et dire qu’il semblait s’être choper une tendinite au coude… la plus vicelarde pour les buveurs de mousse. Il faut dire que pour suivre le patron, il faut ne pas se cantonner dans un seul style. Le Blues se consomme al dente… c’est à dire jamais pateux et collé-calqué, tabascoté de Funk, limite râpé quand celui ci n’existait pas et flambé à la même le Rock… Tout compris sur sa reprise de “Subterranean Homesick Blues” de Dylan. Voix pleine de morgue et traitement de choc renvoyant la mélodie dans les cordes comme saoulée de coups. Déjà au casino de Belleville… quel concert aussi, ce coté plus Hard-boiled… à la je sais pas pourquoi j’ai pensé au J. Geils Band, MC5 et mais là c’est plus évident Little Sonny, m’avait foutu les doigts et les boozers dans la prise. Le coté coup de pompes dans la fourmilière et les couilles des puristes de tous poils. En plus le show l’est : contact avec le public le doigt sur la couture du panta-court, je précise, on est pas chez les slammers mais les randonneurs plutôt branchés marmottes et reblochon que Charles réussit à faire danser, super Jamboree mais pas du tout scout plutôt fanfare brésilienne avec tous les zicos jouants de la batterie autour, incursion Country et instru jazzy pour boucler le compteur. Hey Charles, les gens en parlaient encore les jours suivants !

Voilà sinon pour ceux qui aiment lire et qui ne l’ont pas encore lu…”La route” de Cormack Mc Carthy, ce bouquin m’a foutu par terre et “L’écriture ou la vie” de Jorge Semprun. Et une petite recette pour les derniers barbecue de l’été… dans la marinade du filet mignon de porc au lieu d’utiliser du miel, prenez du sirop d’érable que l’on mélange avec quelques gouttes de sauce soja, oignons rouges siciliens et quelques larmes de Red Devils… Au four ça le fait aussi.
So long Companeros et peut être rendez vous à la Maroquinerie pour le concert de Charles en Octobre. Le même mois à Bercy 17 Octobre Dylan et Knopfler… why not, mais ça dépendra du prix des places.

Paco

 

les 5 derniers articles de paco

0 Commentaires

Laisser une réponse

DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?