Awek, la preuve par 9

Default Icon

Awek • 9 • Autoproduit
Le titre d’une simplicité désarmante est clairement explicite, ce nouvel opus est le neuvième du groupe. Poids lourd des groupes de blues hexagonaux, Awek a accumulé les trophées lors de la dernière décennie : meilleur groupe français en 2004 et 2005, finaliste à l’IBC à Memphis en 2008, premier groupe français à l’EBC en Allemagne en 2011, Prix au Blues Passion de Cognac et de multiples participations dans les plus grands festivals. Reste à savoir l’importance que l’on doit accorder à ces récompenses ? Mais le principal atout du groupe toulousain réside certainement dans sa cohésion et son histoire, une longue tranche d’amitié et de complicité : depuis vingt ans Bernard Sellam, Olivier Trebel et Joël Ferron jouent ensemble.

Longtemps trio, le groupe s’est transformé en quatuor il y a de cela dix ans avec l’arrivée de l’harmoniciste virtuose Stéphane Bertolino. Quand je parlais de groupe « Poids Lourd », n’y voyez pas chers lecteurs un parti pris de ma part, mais d’une constatation indiscutable. Ce nouvel opus dévoile une nouvelle orientation, après trois albums mis en boite aux States, les toulousains ont choisi de faire équipe avec le producteur irlandais David Odlum (The Frames, Gema Hayes, Paloma Faith et Tinariwen).

les toulousains ont choisi de faire équipe avec le producteur irlandais David Odlum

Enregistré en février et mars 2015 au Black Box Studio (Maine et loir), ce 9e opus diffuse une sonorité plus souple, plus épaisse, plus intense et surtout plus personnelle que les trois derniers albums (tous excellents au demeurant). Histoire d’apporter plus de consistance à l’enveloppe, le groupe s’est adjoint les renforts de Zeb Heintz (ex Doo The Doo, Honeymen, Snap) à la slide et en seconde guitare et du pianiste organiste Julien Brunetaud.

Si pendant vingt ans, Awek n’a cessé de nous faire voyager entre Chicago, West Coast et Louisiana Blues sans cesser de se renouveler, « 9 » marque une légère rupture avec une coloration plus rurale et boueuse. D’emblée « Pretty Little Liar » renvoie vers Little Freddie King et RL Burnside, la slide semble diriger l’attelage avec l’harmonica en contrepoint. « Sunshine In My Bedroom » fait figure de prototype du répertoire Awek. Petit détour par un blues West Coast dont l’intensité ne cesse de monter avec « My Woman ». Retour vers une sonorité distinctive du son Awek avec « The Way You Dance » avec un harmonica toujours aussi brillant. Relevé par les volutes de piano, d’orgue et d’harmo, « Once Upon A Time » nous expédie dans des ténèbres hookeriennes. « Number Nine », rien à voir avec le classique popularisé par Tarheel Slim, monte crescendo bien adoucit par l’orgue. L’instrumental et troublant « Chainsaw Girl » s’inscrit dans une sorte de road movie entre Skip James et Tony Joe White terriblement envoutant. Petit passage par la Louisiane avec « Ma Chérie Ma Chérie » chanté en français qui nous expédie 50 ans en arrière vers les productions de Floyd Soileau ou JD Miller. La formation s’attaque à deux morceaux caractéristiques de son répertoire : « Open That Door » dans lequel on appréciera les plaintes de l’harmonica sur un tempo aux effluves hillbilly et « Oh Babe Let’s Go For A Whirl » teinté d’un zest de blues californien.

Le Blues lent « Gaultier Rouge » nous plonge dans l’ambiance des bouges américains avec un dialogue harmonica chromatique/piano de haute tenue. On a beau se repasser l’album dans tous les sens, pas moyen de trouver la moindre faille. Le répertoire demeure toujours aussi sincère, la section rythmique est faite en béton armé, le chant et la guitare de Bernard Sellam sont toujours aussi chauds, l’harmonica est monstrueux et les apports des deux invités boostent l’ensemble.

Un album qui dépasse un grand nombre de productions américaines. Histoire de ne pas paraitre trop partisan, on pourra juste reprocher l’absence d’un mélodéon sur l’excellent « Ma Chérie Ma Chérie ». « 9 » vient confirmer une discographie inattaquable et près de 1600 concerts qui ont souvent laissé le public sur les rotules.

Un album chaudement recommandé.

 

Le Kingbee

 

les 5 derniers articles de kingbee

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?