All My Life… Jimmie Lee Robinson

Jimmie Lee Robinson « Chicago Jump » Random Chance Records – RCD14
Jimmie Lee Robinson est né en 1931 et nous a quitté en 2002. C’est avec Blind Percy que Jimmie apprit ses premiers maniements de guitare. En début de carrière, il joua avec Eddie Taylor jusqu’en 1952 et il accompagna Freddy King dans l’orchestre des Every Hour Blues Boys. Mais c’est surtout comme sideman de Little Walter qu’il se fit connaître à partir de 1955. Par la suite, Jimmie travailla comme accompagnateur de Sunnyland Slim, de Jimmy Reed lorsque celui-ci était chez Vee Jay, avec Willie Mabon, et même pour Howlin Wolf…

En 1960, il connaîtra un petit succès avec l’enregistrement de « All My Life » que reprendra plus tard John Mayall. En 1965, il a fait partie d’une tournée de l’AFBF. Faute d’engagements fixes, Jimmie se transforma pendant quelques années en chauffeur de taxi. Au début des années 80, il revint quelque peu dans le circuit, grâce à un groupe formé d’admirateurs qui s’appelait The Ice Cream Men. En 1990, Jimmie eu l’opportunité de signer pour le label Delmark et grava « The Lonelly Traveller ». Ensuite il opta pour son propre label : Amina, pour lequel il enregistra un premier disque en 96, suivi de « Maxwell Street Blues » en 1998. Robinson signera cette même année pour APO, chez lequel il grave « Remember Me » et « All My Life » en 2001. Durant l’été 2000, Jimmie avait aussi poursuivi une grève de la faim de presque 3 mois, afin de lutter contre le projet de démolition de Maxwell Street.
« Chicago Jump » a été enregistré dans les studios de Twist Turner, qui lui a servi également de batteur, en Novembre 95 et Février 96. C’est seulement en 2003 que Scott Dirks a réussi à publier cet album chez Ramdom Chance. Scott se chargeant aussi de l’harmonica.
Ce disque d’une durée de 53 minutes pour 14 plages, nous permet de réécouter deux musiciens de chez Delmark, Rockin’ Johnny Burgin à la guitare et son habituel bassiste Sho Komiya qui sont tous deux excellents, très sobres en mettant particulièrement en valeur le jeu de guitare de Jimmie. On retrouve donc pour cet opus, 2 compositions et de vieux morceaux que Jimmie avait enregistrés avec Mabon, Little Walter et Reed (6 titres pour ces trois là). Le quintet reprend aussi un morceau de BB King et nous offre une splendide version d’un succès de Charles Brown « Drifting Blues ». L’idée de départ de Jimmy était de rendre hommage aux leaders qu’il avait accompagné durant sa carrière. Il convient de retenir le bon travail des musiciens, qui tous mettent en valeur ce jeu de guitare si particulier de Jimmie, à la fois simple et subtil. Mais je retiens surtout la voix emphatique, solennelle, parfois grondante et fulminante de Jimmie. Le style déclamatoire de la voix, peut rappeler par certains aspects Tail Dragger.
Bref un album à découvrir rapidement avant que celui-ci ne disparaisse des bacs.

Le Kingbee

 

les 5 derniers articles de kingbee

0 Commentaires

Laisser une réponse

DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?