Adoptez un bulldog, c’est cool finalement…

Bulldog Gravy « Big Bad Blues » BDG 0001/1 Mosaic Distribution (Durée 54 minutes)
Ce CD de Bulldog Gravy tourne maintenant régulièrement dans ma platine depuis quelques mois. Il va falloir s’intéresser à ce band, proche d’Avignon qui distille un country blues d’excellente facture. Ce qui frappe avant tout à l’écoute de ce disque, c’est cette impression de fraîcheur qui en émane. Le groupe base l’essentiel de son orchestration sur un travail acoustique, agrémenté par des pointes très sobres de guitare électrique ainsi que des sons étranges qui nous viennent d’instruments primitifs et d’un assemblage de « Bric et de Broc ».

Ce groupe est composé de deux anciens membres de Bluesville, Philippe Sangara à la guitare électrique et au dobro et David Giancola à l’harmonica qui sait rester sobre et surtout qui donne un autre aperçu de son instrument. Il est parfois bien agréable, de savoir qu’il y a en France, encore quelques harmonicistes qui ont échappé au son formaté de certaines écoles.
Farid Khenfouf officie à la contrebasse, Jérôme Lavail se charge de la batterie, enfin façon de parler car il ne s’agit pas d’une batterie traditionnelle mais d’une « batterie valise » qui bénéficie de bonnes trouvailles (carton à chapeaux, valise en carton, douilles d’obus …) Jean-Louis Brazzi prend en charge la contrebassine et divers petits gadgets qui ne peuvent faire que penser à tous ces petits orchestres de Junkyard Street band qui existaient au début du siècle dernier. Enfin le rôle de leader chanteur, guitariste acoustique, mandoline et kazoo est tenu par le franco américain Mike Greene qui se montre impeccable au chant et aux instruments.

Le CD est constitué de 13 plages dont cinq compositions qui n’ont rien à envier à certains des standards repris ici. Le premier titre est un morceau plein de vitalité, plutôt péchu avec un usage hypnotique de certains instruments. Vient ensuite une composition de country blues qui voit l’apparition de l’harmonica et d’une mandoline. « Love sick blues » est un morceau de Mike Greene au tempo assez lent qui me fait aussitôt penser à certains films de Walter Hill. «Tigh Like That » est une reprise de Dorsey dans une veine country blues. Puis arrive « Going to Brownsville » de Sleepy John Estes. Superbe reprise du musicien borgne, qui eut dans les années 20 un succès considérable, et qui se posa comme le rival des jug-bands de Memphis.
« Fishing blues » est également une pièce de country blues que j’attribuerai au texan Henry Thomas. La plage 7 est un traditionnel dans lequel le dobro prend un rôle important. Puis arrive « Rolling and Tumbling » le standard archi revisité de Muddy Waters, oui mais là il s’agit d’un bel ouvrage, gai, dansant, aéré et novateur. « Same Old Blues » est une composition de Mike, sous un tempo plus rock, plus rythmé qui a le don de mettre un peu de « peps » dans le CD. « Skeletons in my closet » est une composition encore une fois de Mike Greene qui devrait ravir les amateurs de G Love & Special Sauce.
« Maggie’s farm » est une très bonne reprise de Dylan, qui commence avec la mise en route d’une tronçonneuse, une voix légèrement plus déclamatoire et un tas de gadget sorti tout droit d’un vide grenier. « On the road again » le célèbre succès des Canned Heat, n’est pas facile à jouer, tant la voix éthérée d’Al Wilson et le chant puissant de Bob Hite ont mis leurs empreintes sur ce titre. Mais les Bulldog Gravy s’en sortent à merveille, ce standard reste lancinant à souhait. Le dernier titre est le célèbre « Back Door Man » de Dixon dans une ambiance un peu psyché ou la guitare prend une place plus grande et ou apprécie certains effets de sons et gadgets. A mi morceau, Bulldog nous fait bénéficier d’un titre caché une sorte de valse embringuée dans un two-step rappelant certains titres cajuns de Fernest Arceneaux ou le « Hobo » revient souvent.

Cette magnifique galette fait partie de mon tiercé pour l’année 2004. Sa fraîcheur, son ton, un tempo à contre courant et un esprit novateur ne manqueront pas d’intéresser les amateurs de Junior Kimbrough, James Thomas, RL Burnside voir G Love. J’ai hâte de voir ce band en concert, et paradoxalement j’ai la vague impression, à contrario de nombreux groupes européens, que les Bulldog Gravy peuvent être aussi bons en concert qu’en studio. A noter pour finaliser, que le logo du groupe a été dessiné par F.Margerin.

le site : http://bulldoggravy.free.fr

Le Kingbee

Note. Je précise, s’il en était utile, que Mick Greene n’a rien à voir avec Johnny Kid & the Pirates, le nom du pirate en question s’orthographiant différement.

 

les 5 derniers articles de kingbee

0 Commentaires

Laisser une réponse

DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?