Finis Tasby retrouvé !

Finis Tasby « What My Blues Are All About »
Né à Dallas (Texas) en 1940, Finis Tasby va jouer à partir de 1962 au sein d’une petite formation The Thunderbirds; Finis tenait la basse, le micro et était également capable de manier les baguettes. A la même époque, il servait accessoirement de choriste dans l’orchestre de ZZ Hill.

Après avoir immigré à Los Angeles en 1973, Tasby remonte un petit ensemble qui va ouvrir pour Big Mama Thornton, BB King et Percy Mayfield entre autre. Entre 1970 et 1980, Finis enregistre une poignée de singles, et s’essaye aussi au cinéma ; il va apparaître dans des seconds rôles (le film policier « Sharkey’s Machine », en compagnie de Burt Reynolds, étant son principal succès). En 1995, il grave « People Don’t Cry » pour le label Shanachie, puis en 1998 Evidence publie « Jump Children », album dans lequel Finis bénéficiait de l’apport de Larry Taylor, Kid Ramos et surtout Lester Butler, dont c’était le dernier disque. En 2002, Finis enregistrait un album hommage à John Lee Hooker. Tasby va ensuite participer à l’élaboration de plusieurs CD : ses participations aux albums d’Enrico Crivellaro « Key To My Kingdom », et à « Shades Of Blues » de Kirk Fletcher (tous deux chroniqués sur ce même site) demeurent excellentes.
C’est maintenant sur le label de Toronto, Electro-Fi que Finis apparaît avec une galette fort croustillante, comme souvent chez cette petite compagnie, qui a réussi en quelques années à nous faire redécouvrir une multitude de musiciens attachants et authentiques. Tous les ingrédients sont réunis ici pour combler les oreilles de l’auditeur, voix douce, plaintive et gorgée de Soul de Finis, a laquelle il convient d’ajouter la participation de Mel Brown à la guitare sur trois titres, Mel est aussi actif au piano et à l’orgue sur quatre titres ; sur les autres plages, le piano est la propriété d’un excellent Julian Fauth. La section rythmique est tenue par Jim Boudreaux aux fûts tandis que Shane Scott et Alec Fraser se partagent la basse. En fait seul l’harmoniciste David Rotundo est un ton en dessous, trop démonstratif il essaie de submerger les titres de sa présence, ne parvenant jamais à faire oublier Billy Boy Arnold ou Snooky Pryor, autres harmonicistes ayant officié sous ce même label, enfin c’est une opinion personnelle. « Let’s Have A Ball » en titre d’ouverture est plein de punch, très Rock and Roll, mais Finis est également très à l’aise sur les Blues lents, ainsi qu’Enrico Crivellaro à la guitare. Ce dernier semble énormément apprendre au contact du vétéran Mel Brown. Le lecteur peut donc sans problème projeter l’achat de ce disque, plein de Soul et dont la vedette semble avoir trouvé toute sa plénitude tant au chant que dans le choix des titres.

Le Kingbee

 

les 5 derniers articles de kingbee

0 Commentaires

Laisser une réponse

DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?