C’est quoi le Blues Buddies ?

Chronique de Bars et Café philo

C’est se dire que l’on est pas à Cognac avec les potes et de faire comme si l’on en avait rien à foutre… de savoir que Lucinda Williams est en ville ce soir et que l’on a pas assez de tunes pour aller la voir ; de chialer comme un con sur la mort de Yasmine Belmadi qui s’est planté en scooter à Paname alors que “Adieu Garry” de Nassim Amaouche sort dans les salles ; d’écouter en boucle “Lonesome in my bedroom” de Luther Johnson en regardant les murs de cette putain de piaule comme si on était dans le couloir de la mort ; mais c’est aussi de repenser au concert de Social Distorsion au Bataclan ou à celui des Pretenders à l’Elysée Montmartre ; de se rappeler les vers de Oran Velli ou de ce que dit Dylan quand il balance “Je sais que les rêves sont des choses vraies et sincères que la nature ne peut désagréger” ; c’est aussi le souvenir de cette sublime ballade à cheval en Tunisie au soleil couchant ; de croiser les kids du coin déboulant entassés dans des caisses pourraves le long de la lagune et qui portes grandes ouvertes, enclanchent la même cassette pirate ; volume à fond ; pour danser ; sécher des bouteilles à l’abri des flics et plonger entre les récifs…

C’est essayer de comprendre pourquoi le plus grand roman de ce début de siècle a été écrit par un jeune type que personne n’a remarqué sur le Pont des Arts quand il y jouait du Folk comme si il balançait à chaque chanson une bouée dans le fleuve et qui s’est flingué juste après…
Tristan Egolf” was his name et “Le seigneurs des porcheries”… un chef d’oeuvre.
Bon allez je retourne à mon chili… surtout qu’un ami m’a offert une boutanche de Johnny Drums, un bourbon d’enfer dont la particularité consiste en ce que les fûts se doivent de vieillir au dessus des râteliers de fumaison ou sèchent les jambons.
Salute Campaneros !

Paco

 

les 5 derniers articles de paco

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?