« Shake What You Brought! »

« Shake What You Brought! »
Soul Treasures From The SSS INTERNATIONAL Label (SUNDAZED SC 11154)

Cette compilation est constituée de titres provenant du label SSS International. Elle fait suite à « My Goodness, Yes ! » qui offrait un échantillonnage de plages Silver Fox. Sundazed est un petit label new-yorkais dirigé par le couple Irwin ; cette petite firme s’est spécialisée dans la réédition d’anciens vinyles. Le catalogue est éclectique, oscillant entre Surf, Rock Garage, Folk et R&B des années 60/70. On ne retrouve en général ni le suivi, ni la qualité chronologique de labels comme Classics Records, ACE, Frémeaux et Bear Familly ; cependant cet indépendant nous propose parfois des galettes bien singulières.

« Shake What You Brought ! » qui pourrait se traduire par « Secoues (ou Bouges) ton cul », nous permet donc de redécouvrir 20 titres issus du label de Shelby Singleton. Toutes ces plages ont été enregistrées entre 1967 et 1971. Cette compilation commence avec un titre de Mickey Murray, « Sticky Sue » (le seul qui aura droit ici à 2 morceaux), un imitateur d’Otis Redding, bien agité. Mickey gravera par la suite quelques 45 t. pour Hit Records et Stax. En seconde position, c’est un formidable morceau de Betty Harris « There’s a break In The Road » qui nous est proposé. Originaire de Floride, Harris a enregistré pour Jubilee, a repris « Cry To Me » qu’elle rentre dans les charts ; elle s’installe ensuite à la Nouvelle-Orléans, devient élève d’Allen Toussaint, signe quelques faces pour Sansu et atterrit chez SSS I. Betty arrête ensuite la chansonnette afin de se consacrer à une carrière de chauffeur de poids lourds. Elle continue toutefois à se produire aux alentours de la Crescent City, pour de rares concerts. « Lonely For You Baby » est chanté et composé par Sam Dees. Ce natif d’Alabama connaîtra une carrière de compositeur arrangeur très prolifique, collaborant entre autre pour Lola, Chess et Atlantic. On ne compte plus les succès qu’il a écrits pour une multitude d’artistes (Gladys Knight, Whitney Houston, Tyrone Davis, Anita Ward …). La plage 4 est l’œuvre de Clarence Murray, le frère de la souris, avec « Don’t Talk Like That ». Les 2 frères Murray ne connaîtront plus jamais le succès, malgré une reprise de Redding « Shout Alabama ». Arrive le gros carton du CD avec le « Piece Of My Heart » de Betty(e) Lavette. Enregistré par Erma Franklin en 1967, ce titre s’appelait à l’origine « Take Another Piece Of My Heart » ; Betty n’aura gravé que 4 faces pour SSS I. ; cette pièce sera ensuite reprise avec le succès que l’on sait, par une certaine Janis Joplin.
« Natural Soul Brother » est un morceau de Danny White. Originaire de la Nouvelle-Orléans, White n’aura que des petits succès locaux. Il collaborera tout de même avec Isaac Hayes et David Porter et enregistrera une poignée de microsillons pour Decca et Atlas. Danny nous a quitté en 1996. Gravé à l’origine sur le label Peggy Sue d’Art Mendel, « Soul Butter » est l’œuvre de Johnny Barfield & the Men of Soul. Ce titre racheté par Singleton ne rentrera jamais dans les charts. Barfield fondera ensuite un petit combo The Truth Ensemble, avant de reprendre sa carrière là ou il l’avait commencée, dans les Postes. A noter que ce groupe est la seule formation blanche du disque. C’est sur une filiale de SSS I., Minaret Records, que Big John Hamilton a débuté ; on le retrouve ici avec « Take A Chance With Me », le seul Blues de la galette. Pour l’anecdote, ce Big George est un homonyme d’un acteur souvent utilisé dans des films de John Wayne. « Shake What You Brought ! » qui donne son titre à cette compilation est due à Mr. Jamo. Originaire des Bahamas, Jamo Thomas décide de quitter son beau soleil, pour rejoindre les ghettos de Chicago. Il fera carrière comme joueur de congas, rejoindra Jerry Buttler et aura connu un bon hit avec « I Spy » (pour FBI). Je ne peux m’empêcher de joindre le refrain de ce titre… une vraie folie.
“Come on now, Shake what you brought …Witchoooo!
Shake it, shake it, shake it! Bay-Go Dah! Bay-Go Dah!
Whoop it on mayyyy… Go Hayyyy Mercy baby mercy”

Tout un programme! Par la suite Jamo gravera quelques faces pour Perception, Decca, Chess, MCA.

« The Hiccup » de Robert Parker est une pièce plus représentative de la Soul de cette époque. Saxophoniste réputé, Parker a accompagné pratiquement toutes les vedettes du coin (d’ Earl King à Irma Thomas). « Barefootin » gravé en 66 reste son plus grand succès, mais il a laissé de fructueuses traces chez Nola, Imperial et Silver Fox. En 2005 le label AIM avait publié une compilation de 14 de ses titres. « Having My Glory » est un titre de Jo Jo Benson. C’est sur les bancs d’une église que ce natif de Phoenix a fait ses gammes, mais c’est Chuck Willis qui lui met le pied à l’étrier. Benson fera équipe avec Peggy Scott, se spécialisant en duo, très prisé à cette époque. Cette doublette prendra des routes différentes en 1971. En 1999, Jo Jo fera un retour remarqué avec l’album « Reminiscing In The Jam Zone ».

On a le droit ensuite à un titre de l’équipière du précédent susnommé. Peggy Scott commence sa carrière comme choriste pour Ben E King, poursuit avec Jo Jo et place même quelques titres dans le Top 10 R&B. A partir de 1972, elle ne connaît que des succès d’estime, gravant quelques faces pour RCA et Mercury. A la fin des années 80, Peggy se contentait de diriger une entreprise de pompes funèbres avec son mari. Mais le succès du titre « Bill » (chanson abordant l’homosexualité) auprès des radios, la pousse à reprendre le chemin des studios. Désormais, c’est sous le nom de Peggy Scott-Adams qu’elle entame une seconde carrière, elle semble avoir regagné ses galons de star du Chitlin Circuit. Wilbert Harrison est en chanteur multi instrumentiste, il commence sa carrière après un passage dans la Navy, pour la firme Savoy, enregistrant avec Kenny Burrell. C’est sur le label Fury que Wilbert grave « Kansas City » un titre de Leiber & Stoller, qui remporte un succès immédiat. Malheureusement, des problèmes juridiques relatifs à un contrat assez flou l’empêchent d’accéder au statut de vedette. Il va ensuite enregistrer pour un tas de petits labels (Port, Roulette, Constellation, Doc). Le titre « Let’s Work Together » (repris par Canned Heat, Thorogood, Climax Blues Band, Dwight Yoakam et Brian Ferry) le relance quelque peu. “Pretty Little Women” et “My Heart Is Yours” seront ses seules réussites chez SSS I.

Entre 1972 et 94, Harrison se produira en homme orchestre, parcourant le pays de long en large. Sundazed propose ensuite une pièce sucrée avec « I’ve Really Got Something To Be Proud » de Willie Charles Gray, un ancien membre des Stairs, groupe vocal de Dallas. Le titre suivant est également édulcoré avec « I almost Called Your Name » de Johnny Soul. Si le nom peut prêter à sourire, il ne fait aucun doute que ce chanteur ait écouté Redding et Ben E King ; il a également enregistré pour Federal. Johnny Soul gravera parfois sous le nom de Pryor. La plage 17 a la particularité d’être produite par Billy Lee Riley, il ne serait pas étonnant que Bill se soit occupé de la partie guitare, aucune information ne figure à ce sujet. Cette plage est donc l’œuvre de Jake Porter (aucun rapport avec le trompettiste de Jazz). N’ayant rien trouvé sur ce Monsieur, on peut se demander si il existe vraiment ; peut être s’agit-il de Billy Lee Riley même si il ne chante pas. « Proud Woman » est un morceau chanté par Johnny Adams. C’est grâce au producteur Huey Meaux qu’Adams signe chez SSS I. Johnny Adams avait auparavant gravé sur le label Ric par l’intermédiaire d’une voisine, Dorothy Labostrie (auteur de « Tutti Frutti »). Adams faillit signer pour Motown mais l’affaire capota. Surnommé Tan Canary (le canari bronzé) en raison de son remarquable timbre de voix, Johnny enregistra plusieurs hits dont « Reconsider Me » qui pénètre dans le Top 30 Pop. Par la suite, notre oiseau signe chez Atlantic, Hep Me avant d’atterrir chez Rounder, label pour lequel il va enregistrer de magnifiques albums, dans un registre mélangeant Soul, R&B louisianais, Country, Middle Jazz et prouesses vocales. Il est réputé pour ses imitations vocales du trombone. Pour avoir eu la chance de voir ce Monsieur en concert, je ne peux que conseiller aux lecteurs l’écoute des disques publiés chez Rounder. « Soul Serenade » est dû à Bill Hemmans & Clay’s Composite ; il s’agit de la seule pièce instrumentale dans laquelle on pourra apprécier un bon passage à la trompette. Hemmans joue pour le label Blue Fox avant de rejoindre une congrégation de Gospel. C’est à Clifford Curry que revient l’honneur de boucler cette compilation.
La photo du livret intérieur et le titre résument parfaitement cette plage, puisque on y voit Curry affublé d’un masque et d’une panoplie de cow-boy digne de Prisunic. « Soul Ranger » est un titre délirant. Originaire du Tennessee, Curry est désormais un vétéran ; après avoir chanté en compagnie de Faye Adams, il a enregistré pour Savoy, Herald, Excello et sa filiale Nasco sous le sobriquet de Clifford Sweet, puis se retrouve chez Elf Records et SSS I. Il se spécialise ensuite dans la Beach Music. Au milieu des années 90, il réapparait chez Appaloosa Records et publie en 2001 l’album « She Shot A Hole In My Soul ».

En conclusion on a le plaisir d’écouter une compilation assez homogène, les divers titres étant à l’origine issus du même label et proches dans le temps. On aurait toutefois apprécié des titres supplémentaires, la durée totale du disque n’excédant pas 55 minutes. Le livret intérieur de 10 pages est bien illustré, les commentaires de Bill Dahl sont captivants et instructifs, même si 3 artistes ont été oubliés. Ce CD constitue le parfait prolongement des compilations Soul du label Sundazed et permet de réécouter des œuvres singulières d’artistes souvent oubliés. Mention aux 2 Betty et au titre de Mr. Jamo, et n’oubliez pas, Shake What You Brought !

Le Kingbee

Sources:
– Bill Dahl (livret intérieur)
– Sebastian Danchin (Encyclopédie du R&B et de la Soul)
– Jeff Hannush (The Soul of New Orleans)
– Mitch Rosalsky (Encyclopedia of R&B & Doo Wop Vocal Groups).

 

les 5 derniers articles de kingbee

0 Commentaires

Laisser une réponse

DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?