Tip On In, premier album au top !

Autoproduit

Tip On In – With Good Times and Tears
Auteur d’une démo plus que convaincante en 2006, la formation Tip On In nous délivre son premier bébé. Comme le dit l’expression consacrée : « l’attente a été longue mais les parents se portent bien » et le bébé marche déjà ; on pourrait presque dire qu’il court. Si le groupe se tient quelque peu en marge des hauts lieux de la Capitale, des mondanités bluesistisques et des gros titres des revues dites spécialisées, on peut penser qu’il préfère aller à l’essentiel : au son !
A ses débuts, Tip on In évoluait principalement en quintet ; le groupe a resserré ses lignes et joue désormais en quatuor, formule qui à mon sens lui convient mieux. On retrouve toujours Phil Poitevin (harmonica et chant), Manu Guillou aux guitares, Guillaume Kissel à la batterie et aux percussions, ainsi que Jean Marc Despeignes (basse) dans le rôle du dernier arrivant, d’où une excellente cohésion et bonne mise en place. Si ce premier disque a été si long à venir, on peut penser que le groupe ne voulait pas faire n’importe quoi. Sortir une galette, histoire de dire, ne semble effectivement pas figurer à l’ordre du jour. A l’heure où certains bluesmen élaborent d’indigestes et laborieux plan de carrière et finissent bien souvent par rejoindre les oubliettes du milieu blues, Tip On In a judicieusement pris son temps et propose une suite des plus logique et authentique à leur fameuse démo.

Pour ce premier opus, le groupe peut s’appuyer sur de solides guest et amis de longue date : « Sax » Gordon Beadle est venu prêter main forte aux saxophones et a aussi contribué aux arrangements, Phil « Big Dez » Fernandez est présent à la guitare sur l’excellent « Mr John », idem pour ses habituels complices (et ex Bloosers) Marc Schaeller à l’harmo sur le merveilleux et lancinant « Just a Dreamer » et Bala Pradal (piano et orgue), sans oublier les choristes Kania Allard et Nessia Maugez qui viennent adoucir la sauce. Excellemment produit par le groupe et « Big Dez » (on n’est jamais aussi bien servi que par soit même), l’album enregistré à l’Hake Sound Studio et au Wombat Studio distille un son soigné, sans chichis et bénéficie aussi de l’expérience et du savoir faire de Stuart Sullivan pour la partie mixage. Et oui, car c’est bien à Austin dans les studios Wire que la petite touche finale a été apportée.

Autre grand changement, si les titres de la démo provenaient tous d’illustres bluesmen ou songwriters réputés, Tip On In s’est mis à l’écriture puisque 8 des 11 plages de l’album sont des originaux et il faut avouer que le résultat est fameux, presque surprenant. Autre bonne amélioration, la voix. Au départ Phil Poitevin était surtout connu comme harmoniciste et chanter n’était pas sa prédilection ; Phil a beaucoup travaillé son chant et a surtout l’intelligence de ne pas en rajouter, il parvient maintenant à faire mouche même sur de la ballade crooning en mid tempo comme en témoigne « Remember You ».

Malgré son nom de scène, la formation nous oriente vers un habile mélange de blues texan (avec quelques références à Antones et Austin) brossé de subtiles zestes de blues californien tendance West Coast.
Parmi les trois reprises, nous retrouvons « Nobody But You ». Ce titre que l’on peut qualifier de bateau a connu de nombreuses compositions (Johnny Copeland, Dee Clark, Barry Mann, Jr. Kimbrough et Luther Allison) mais c’est d’un inusité de Little Walter que part cette habile relecture dans laquelle on pourra apprécier le sax hurleur de Sax Gordon. Seconde reprise « I’m Shakin’ » accrédité à William J Wood, inconnu au bataillon. Mais le morceau ressemble étrangement à un morceau homonyme du compositeur de Harlem Rudy Tombs et a été repris par Sam Myers et Anson Funderburgh et plus récemment par Steve Guyger, quoiqu’il en soit le titre est une pure réussite avec une guitare incisive qui donne un cachet West Coast. Troisième reprise, le fameux standard de Slim Harpo qui a donné son nom au groupe. Il faut avouer que certains amateurs de blues (dont votre humble serviteur) trouvaient un peu curieux que le groupe ne reprenne pas la chanson d’Harpo dans sa démo. Voilà de quoi clore le débat. La formation nous en délivre une version à se rouler par terre : guitare chatoyante et chaloupée, harmonica larmoyant, section rythmique dans le groove, humour et rythme lancinant.
Au niveau de l’écriture, le tandem Poitevin/Guillou n’est pas en reste : « It’s Over » qui ouvre les hostilités ne déparerait pas d’un Andrew « Jr Boy » Jones, dynamisme texan tempéré par les touches d’orgue et les chœurs, l’excellent « Mr. John » avec Big Dez à la guitare, « Small Town » emmené par un harmonica un peu plus agressif, « I Remember You » est un blues lent qui tranche avec le contenu puis viennent deux pépites avec « Just A Dreamer » un swamp blues instrumental qu’on pourrait croire tout droit sorti d’un LP de Lonesome Sundown ou de Chicago Bob ; là il n’y a plus qu’à se laisser conduire au rythme d’un harmonica geignard et d’une guitare qui touche à chaque note. L’album se termine avec une dernière pépite « Crazy Night » qui évoque Lone Gone Miles avec une atmosphère ténébreuse et qui pourrait aisément s’insérer dans le dernier album des Honeymen (comme le monde est petit).
Cette autoproduction confirme qu’il n’est pas indispensable de faire les gros titres d’une certaine presse pour sortir un bon disque. Assurément la grosse surprise du trimestre.

http://www.myspace.com/tiponin

Le Kingbee

 

les 5 derniers articles de kingbee

1 Commentaire
  1. Jipes 9 années Il y a

    Pas à dire les titres du Myspace sonnent sacrément bien ca fait du bien d’entendre du bon Blues avec un groove solide !

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?