They Call Me Rico : This Time

Les Disques

They Call Me Rico : This Time
La sortie le 1er avril de l’album de They Call Me Rico This Time nous permet de mettre en lumière dans nos colonnes celui qui est allé représenter le blues hexagonal (je n’ose dire frenchy)  à Memphis en Janvier 2016 et qui s’est retrouvé seulement éliminé en demi finale.

Frederic Pellerin d’origine québécoise mais vivant aujourd’hui dans la région lyonnaise a passablement bourlingué musicalement (plus de 12 ans au sein de Madcaps formation québécoise) avant de prendre le surnom de They Call Me Rico pour son projet solo.

Avec un pareil nom faisant référence à They Call Me Muddy Waters ou Popcorn Man ou autre Snake Boy (Luther Johnson) on pourrait s’attendre à un blues bien chicagoan. De Chicago, il n’y a pas grand chose car ses influences se trouvent beaucoup plus dans un Delta blues bien raw mâtiné de rock. Depuis 5 ans maintenant, sous son nom de scène il écume avec succès les scènes de sa région et des grands festivals français (Vienne, Cognac…) mais aussi à l’étranger.

Après 2 albums studio et un live qu’il vous est possible de télécharger gratuitement avec ce lien

http://theycallmerico.bandcamp.com/album/raw-sweaty-live-in-france

(en passant voici la preuve d’une utilisation intelligente de l’Internet gratuit pour se faire connaître)

voici son troisième opus studio qui s’inscrit dans la poursuite des précédents par son travail en solo et/ou d’autres musiciens, car si l’individu se présente seul ou en formation duo sur scène, il sait dépasser le côté homme-orchestre sur ses enregistrements studio, et tout cela sans perdre l’ensemble rugueux qui caractérise sa volonté de revenir à ce blues downhome qu’il a voulu reprendre à sa façon. Enregistré en analogique, ce disque a bénéficié de l’apport de Ray Staff au mastering (Rolling Stones, Clash,…) !

Alors, les amateurs de Chicago blues, de West Coast ou New Orleans ne trouveront probablement pas leur compte à l’écoute de This Time. Par contre, ceux et celles qui se sont ouverts l’oreille à l’écoute des White Stripes ou Black Keys, des productions de Fat Possum ne seront pas surpris et devraient y trouver leur compte. Quant à ceux et celles qui l’ont déjà vu ils retrouveront le côté raw de ses précédents albums studio avec ici quelques plages plus calmes qui ne déparent pas.

 

Serge Sabatié

 

les 5 derniers articles de Serge Sabatié

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?