The Hoodoomen traversent des montagnes

Chroniques de concert

(BlackMusic festival 2003)
Sala La Mirona (Salt)
Samedi 10 mai 2003
Le samedi 10 mai aux alentours de minuit et pour la dernière soirée de cette première édition du nouveau BlackMusic Festival à Salt (Gérone), de l’autre côté des pyrénées, les Hoodoomen attaquèrent leur repertoire West Coast blues et conquirent la Catalogne dès le premier morceau. En principe les bluesmen de Caen devaient jouer en première partie de Javier Vargas (l’un des plus connus guitar heros espagnols) mais finalement ils passèrent après lui…

Après une petite présentation du groupe pour le public catalan qui n’avait jamais entendu leur musique ni leur nom (sauf les quatre fidèles auditeurs du Blues Connection FM sur Radio Salt), Phillippe Brière (l’énorme chanteur, harmoniciste et porte-parole du groupe) prenait le micro et ouvrait le concert. Les Hoodoomen savaient que pendant le deux premiers morceaux le son des retours sur scène n’allait pas être le même que pendant la balance parce que les techniciens avaient dû tout modifier pour le trio de Vargas. Les musiciens savent bien à quel point ce n’est pas évident de jouer sur une grosse scène sans bien entendre le son de leur instrument ou de ceux du reste du groupe ; les Hoodoomen firent comme si rien n’était et assurèrent avec la rare solidité d’un groupe qui joue vraiment ensemble et sur le vif.

Alors que les gens commençaient à peine à réaliser qu’il y avait un nouveau groupe sur scène, le sympathique Francis Marie (batteur) descendit avec ses baguettes en plein milieu de morceau et, tel un charmeur de serpents, attira l’attention d’un public qui s’approchait de la grosse scène en bougeant les hanches. Il faudrait peut-être rappeler que les auditeurs de par ici (plutôt curieux que connaisseurs de blues) ont du mal à réagir en concert et même des gens comme Maceo Parker ou d’autres monstres de la musique noire sont déjà passés par là sans obtenir une réponse du public sous forme de danse ou de grands applaudissements.

Quoi qu’il en soit, l’enthousiasme des Hoodoomen se propagea dans toute la salle et la réponse des gens fût unanime et sincère comme la musique du groupe Caennais. Ils jouaient vraiment les uns pour les autres : tout en place au bon moment et avec le son juste ; un groupe qui cherche le tempo, le feeling et le groove plus qu’à épater les gens avec des feux d’artifice instrumentaux…
Pascal Fouquet connait très bien son instrument et sait doser ses solos à la T-Bone, Phillipe Brière a une voix puissante qui se marie très bien à sa façon de souffler l’harmo… Mais derrière il y a les frères Marie, deux sidemen qui aiment ce qu’ils font et assurent à tout moment le bon déroulement du morceau. La plupart des bassistes et batteurs de blues considèrent que le shuffle est un simple truc mécanique et se contentent à le faire tourner en boucle sans y ajouter le feeling et la cadence personnelle qui fait qu’un rytme si simple soit une porte ouverte aux solos. C’est fût vraiment dommage que tous les groupes n’aient eu qu’un temps limité sur scène (75 minutes pour être exactes) et que les Hoodoomen ne firent qu’un seul rappel, parce que vraiment on en voulait encore.

Après le concert, le public s’arrachait les disques et demandait des signatures des stars qui se mélangaient à la foule pendant que le dernier groupe du festival jouait (un duo qui n’était pas prévu). Ce fût une sorte de transition en attendant que le public d’after-hours discothèque fasse acte de présence pour danser sur des musiques bien éloignées du «swingin’ & jumpin’ blues » des Hoodoomen.

The Hoodoomen, une formation qui a aussi laissé des traces en Espagne : impressionants par sa simplicité, par le simple plaisir de jouer une musique qui leur plaît vraiment, le West Coast blues.

Doctor Joan
http://www.rgbmanagement.com/blackmusic

 

les 5 derniers articles de DoctorJoan

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?