The French Rockabilly Scene

Les Disques

Rockers Kulture – The French Rockabilly Scene # 6
Sixième volet consacré à la scène rockabilly hexagonale. Cette série proposée par Patrick « Rock Paradise » Renassia sous la houlette de l’infatigable Tony Marlow s’est donné pour mission de promouvoir la scène contemporaine rockab. Comme souvent, les compilateurs ont concocté une habile et judicieuse combinaison de genres. Tous les registres (ou presque) du rockabilly sont représentés, contrairement au bandeau dont s’affuble Tony (page 2 du livret) pas d’œillère ici !

Au niveau du répertoire, les 21 formations présentement compilées proposent des reprises (standards et inusités) et des compositions, mais avec une variable constante de durée. Ici pas de morceaux qui trainent en longueur ou s’éternisent, mais des titres dont la durée renvoie au format radio des singles des années 50/60.

A tout seigneur, tout honneur. K’ptain Kidd, le trio de Tony Marlow ouvre les débats avec « Feelin’ », face B du second single de Johnny Kidd & The Pirates gravé en novembre 1959. Une bonne mise en bouche !

Something Else (probable clin d’œil à Eddie Cochran) reprend « The Golden Rocket », l’un des trois premier charted singles d’Hank Snow en 1950. A noter la présence de l’excellent chanteur Ervin Travis. Changement de cap avec « Boom Bang » des Crashmen, le trio breton nous délivre une composition bien ancrée dans le neorockab avec une pointe d’humour. Le trio toulousain Shorty Tom & The Long Shots s’attaque à l’obscur « Go South Little Man » gravé en 1961 par Carlton Morris pour le label Texan D Records de Pappy Daily. Un excellent hillbilly bop qui nous expédie plus d’un demi-siècle en arrière. Les expérimentés Cowboys From Outerspace (six albums à leur actif) nous assènent « Her Love Rubbed Off » titre Sun de Carl Perkins, longtemps demeuré inédit (on se demande pourquoi). Voix viscérale qu’on croirait sortie tout droit d’une crypte, basse aussi ronde qu’énergique, un grand moment ! La formation parisienne, The Spykers, propose un virage à 90° avec la reprise de  « You Don’t Love Me », titre du bluesman Willie Cobbs (et non par Junior Wells comme indiqué sur la pochette) enregistré en 1960 initialement pour le label Mojo de Billy Lee Riley et Stan Kessler. Ce titre, revendu aux labels Home Of The Blues et Vee-Jay, inspiré par le riff de Bo Diddley demeure une énigme pour certains chercheurs : la séance comprenait outre Willie Cobbs au chant et à la basse, le batteur Wilbert Harris, le pianiste Eddie Boyd, mais on ignore avec exactitude qui tenait la guitare de Sammy Lawhorn ou de Billy Lee Riley qui a toujours affirmé avoir joué lors de cette séance. Quoi qu’il en soit, les Spykers s’en sortent haut la main.


The SPYKERS. Big River – You Don’t Love Me par boppinp
Seconde grosse bifurcation avec Haylen (chant, guitare et batterie) et une relecture du hit « Tainted Love », compo d’Ed Cobb (un ancien membre des Four Preps et auteur du « Dirty Water » des Standells). Ce morceau interprété par Gloria Jones pour le label Champion ne connaitra dans un premier temps aucun succès. Une seconde version sera enregistrée par Gloria sous la houlette de son époux Marc Bolan, mais elle ne connaitra le succès qu’auprès des clubs de Northern Soul. En 1981, la formation new wave Soft Cell fera grimper le morceau à la 1ère place des classements britanniques et à la 8ème place du Hot 100 américain, la chanson restant classée pendant 43 semaines aux USA. Depuis, la chanson a été repris à toutes les sauces, Julien Doré s’y est même attaqué à la télé… … Remarquez, il avait ridiculisé la Nation avec ses reprises de « Light My Fire » et « Heartbreak Hotel » ! Revenons à nos moutons (on va encore dire que je suis méchant), mais Haylen offre une approche différente, beaucoup plus roots et relègue bien loin certaines reprises malencontreuses de ce hit. Pas besoin d’avoir une boite de prod. qui pousse au cul, ni une chaine de télé à la con pour offrir une chanson spontanée et authentique. Conclusion, bonne pioche que cette reprise délivrée dans un nouvel écrin !

Trio originaire de Rouen, Hot Slap s’attaque au standard de Bo Diddley « I Can Tell », Face B du non moins célèbre « You Can’t Judge A Book By The Cover » mis en boite pour Checker en 1962. Le trio mérite bien son nom, il n’y qu’à visiter leur page Facebook pour s’en rendre compte. Si vous êtes amateur de slappin’ bass, Didier Sel le contrebassiste du groupe devrait vous mettre à terre. Nouvelle orientation avec une petite merveille de doo-wop a cappella : « We Belong Together » par Duke Orphans. Ce trio vocal n’est pas inconnu, puisque on y retrouve deux membres des Ol’Bry Eddie et Thierry Gazel (le rejeton et son paternel) auxquels vient s’ajouter Bruno Saviard. Il fallait oser reprendre cette pépite gravée en 58 par le duo Robert & Johnny pour le label Old Town, morceau qui monta en son temps à la 32ème place du Hot 100. John Carpenter inclura ce titre à la BO du film « Christine » qui contait les aventures d’une Plymouth Fury de 1958. The Dazzlers (ex Bopcats) boostent dans une veine psychobilly « I Don’t Need You No More » un surf garage des Rumblers, gravé en 63 pour le label californien Downey. Enregistré sous la houlette de Lucas Trouble (également aux manettes de CFO) boss de Nova Express Records, un titre qui déménage !

Teddy Montana s’attaque aux Mavericks et Raul Malo avec « The Losing Side Of Me ». Le natif du Nord nous surprend. Le trio corse Wheel Caps délivre une composition « Riding Forever » nous renvoyant vers un revival à la Stray Cats. Le quatuor Miss Jack propose une excellente version de « Fujiyama Mama » popularisé en 1955 par Annisteen Allen et Wanda Jackson en 57. Ce titre écrit à l’époque par un gamin de 14 ans a connu des nombreuses relectures, mais celle de ce groupe de l’Ouest demeure croustillante. Steve Rydell, patron du label Rydell, nous assène une superbe version de « Love Is My Business », compo du duo Quinton Clauch/Bill Cantrel interprétée par Cliff Gleaves, un proche d’Elvis. Ce titre enregistré en 57 pour le label Summer de Jake Clement ne retiendra pas l’attention du label Sun. On signalera l’accompagnement efficace (Pascal Freyche à la contrebasse, Gaël Pétetin à la batterie et Jean Pierre Cardot au piano). Le groupe parisien P’tit Rockeur Trio envoie l’un des trois classique du rock n roll anglais, « Shakin’ All Over » de Johnny Kidd. Le vocal du leader se rapproche de celui de Patrick Louis du groupe de blues Buttnaked. The Night Cats rendent hommage à Kenny Parchman avec « Tennessee Zip », un titre Sun de 1957 resté longuement inédit.

La compilation s’achève sur une petite douceur, Dock A Billy’s reprend une pépite des Spaniels « Goodnight, Sweetheart, Goodnight », un bon doo-wop agrémenté d’un accompagnement acoustique et intimiste (guitare, drums contrebasse).

Saluons grandement cette sixième initiative. Au fil des années Tony Marlow et Patrick « Rock Paradise» placent la barre de plus en plus haute. Longtemps décrié (voir raillé) le french vocal rockab prend de plus en plus de consistance. On se demande où ces deux amateurs éclairés vont dénicher toutes ces petites formations ? Afin d’être complet, signalons la belle pochette de Centdreen et une qualité sonore quasi irréprochable (Mister Jull).

Délivrons notre Quintet dans le désordre : Honneur aux dames avec Haylen – Shorty Tom & The Long Shots – Something Else- Steve Rydell – Duke Orphans, le K’ptain Kidd étant hors catégorie. Et puis un petit coup de cœur à Miss Jack et aux Hot Slap.

Quelques uns de ces groupes (on annonce des surprises) seront présents au New Morning le 16 janvier pour The French Rockabilly Scene # 7. Ah … les amateurs de Blues sont en général les bienvenus … les bastons de fin de concert n’ont plus lieu chez nous depuis longtemps.

Soirée au New Morning le 16 janvier 2015

Soirée au New Morning le 16 janvier 2015

Le Kingbee

 

 

 

 

 

 

 

 

les 5 derniers articles de kingbee

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?