The Creole Belles

Default Icon

The Creole Belles – Cajun and Creole Traditional Music – Arhoolie
Le label de Chris Strachwitz s’est depuis longtemps intéressé au répertoire cajun et zydeco, il a même été l’un des premiers à mettre en boîte Clifton Chenier et certains autres grands maîtres du style cajun, disques souvent qualifiés d’ « Indispensables ». The Creole Belles résulte de la rencontre entre Delilah Lee Lewis (chant et fiddle) et l’accordéoniste Maureen Karpan en 1995, auxquelles viendront très rapidement s’ajouter Karen Leigh (guitare, accordéon piano) et Karen Celia Heil (contrebasse, guitare et fiddle).
Cette formation blanche a choisi avec humour le nom de scène de Creole Belles, nom loin d’être totalement innocent car il indique clairement que les 4 belles peuvent se laisser tenter par le registre zydeco (créole). Emmené avec énergie par Delilah, le disque propose une exploration de la musique cajun à travers le répertoire de quelques grands maîtres. Il faut dire que Delilah dispose d’une impressionnante carte de visite, puisqu’elle a participé à de nombreux stages et pris des cours avec Canray Fontenot, Michael Doucet, Dewey Balfa, Denis McGee, Sady Courville et même les Frères Carriere (Bébé et Eraste) et Alphonse « Bois Sec » Ardoin (pour les principaux). On peut en déduire qu’elle est donc au top de la virtuosité, mais aussi très au courant des traditions locales. Maureen a suivi un parcours à peu près similaire (elle compte comme mentors des artistes comme Danny Poullard, « Bois Sec » Ardoin, Marc Savoy, Jesse Lege et Preston Frank) et on a déjà pu l’entendre avec le All Star Cajun Band et même avec les Zydeco Flames.
Karen Leigh est une guitariste rythmique doublée d’une fiddleuse réputée ; elle aussi a côtoyé de grands maîtres et elle a longtemps croisé la route de Doc Watson et du Savoy Family Band. Karen a de plus participé à tous les grands festivals et concours de fiddle et de guitare des Etats-Unis. Karen Celia est elle aussi un membre réputé de la tradition cajun, elle a été partenaire de Sadie Courville et de Denis McGee, et sa contrebasse se marie parfaitement au son old time de ses trois collègues.
Mais le Plus de ce CD est d’avoir eu l’idée d’intégrer Andrew Carriere. Fils du légendaire Bébé Carriere, ce natif de Lawtell est donc issu d’une des plus belle lignée de musiciens ; Andrew est aussi apparenté à Roy, Chubby et Calvin Carrier. Si Andrew ne fait pas partie à proprement parler des Creole Belles (cela risquerait de faire jaser en Louisiane), il joue et participe aux concerts de la formation depuis de nombreuses années et son jeu à l’accordéon apporte un plus incontestable, mais c’est surtout au chant qu’il se fait remarquer, son intervention comme vocaliste sur dix plages (sur un total de 18) permet aussi de varier quelque peu le ton général de l’album. Mention également à Mlle Myrna Cooper au frottoir.
Pour être complet, signalons sur le dernier titre « Creole Belles » la présence de Lee Birch (chant et mandoline) et également du caniche de Delilah qui met un terme au disque d’un aboiement mélodieux.
Au niveau des titres, on ne retrouve ici que trois originaux avec bien sûr « Creole Belles », « Medley Carriere » et « L’Homme Cajun Travaille Si Dur » deux compositions d’Andrew Carriere. Les autres morceaux, comme l’indique justement le titre, nous plongent dans un répertoire cajun traditionnel avec des relectures de Canray Fontenot (2 t.), « Bois Sec » Ardoin, Wade Fruge, Courville/McGee (3t.), Adam Hebert, Nathan Abshire, Wilson Chavis, Cyprien Landreneau, Cormier/Walter Mouton, et Lawrence Walker.
On pourra aussi apprécier la justesse du livret intérieur dans lequel Delilah nous délivre quelques éclaircissements aux sujets des titres. Seul désaccord, accréditer « Bernadette » à Canray Fontenot m’a toujours fait sourire, il me semblait bien que Clifton Chenier avait joué ce titre bien avant.
Parmi les titres notre préférence se porte sur le lancinant « Bernadette » qui devrait faire le bonheur de n’importe quel groupe de danse en ligne, « Zydeco Tous Pas Tous » une variante d’un morceau de Buckwheat Zydeco joué initialement sur un double rang, « Wade’s Blues » un old time cajun où le crincrin fait merveille, « Rêve De Soulard » véritable petit honky tonk made in Louisiana, et enfin « Creole Belles » avec sa partie mandoline et le caniche de Delilah qui vient lui aussi mettre son grain de sel. Un disque qui sort des sentiers battus.

Le Kingbee

 

les 5 derniers articles de kingbee

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?