The Blues According To Zac…

Default Icon

Zac Harmon « The Blues According To Zacariah » (Bluestone 12225)
Zac Harmon est originaire de Jackson (Mississippi). Il va longtemps pratiquer la guitare dans de petites formations, puis s’installer à Los Angeles, pour devenir musicien de studio. En fait il va même se tourner sur l’arrangement, l’assistance et la composition. Il va ainsi pouvoir collaborer avec diverses formations (The Whispers, O’ Jays, Ikes, Freddie Jackson, Black Uhuru).

En 2004, Zac gagne l’International Blues Challenge, distinction qui va le pousser à se produire sous son propre nom et aussi d’avoir une formation attitrée. On ne peut que se féliciter pour lui et pour nous, car il semble évident, au vu de ses récentes prestations au Méridien en mai 2004, que Zac est un guitariste excellent doublé d’un bon chanteur et d’un très bon jeu de scène.

« The Blues According To Zacariah » est une galette composée de neuf titres dont trois reprises judicieuses. L’album commence par « That Mighty High » un gospel époustouflant, gai, effréné et festif. Ce titre entendu en concert est un bon remède contre la déprime. « Sugarman » est une composition Blues beaucoup plus lente, à titre de comparaison on pourrait penser à du Robert Cray, avant que celui-ci ne se tourne vers un Blues plus formaté et trop tourné vers la FM. « Who’s knockin’ » est dans la même veine, festif avec un bon passage de l’harmoniciste photographe Jeff Stone. « It’s cool with me » et « That’s why » mettent en avant le chant indolent de Zac et le travail parfait de la section cuivre. Arrive ensuite une superbe reprise de « Mannish Boy » dans un tempo assez gospélien très bien arrangé, une reprise certes mais très originale. « It’s hurst me too » d’Elmore James est un blues lent ou la présence de l’harmonica est bien dosée et qui nous permet surtout d’entendre Miss Mickey Champion très incisive. Cette surprenante galette se termine avec deux compositions de Zac Harmon homogènes, même si « Comfort of a man » qui est au demeurant une belle ballade, peut ennuyer avec ses solos de guitare à la Guitar-Heroes
Ce Cd mérite d’être connu, les accompagnateurs sont sobres et excellents, ce sont d’ailleurs presque les mêmes qui ont officié avec leur leader durant deux semaines à Paris (hormis le batteur) Le clavier Chris Troy, qui sert également de chef d’orchestre et de producteur, est parfait ainsi que la section rythmique. La seconde guitare, tenue par BR Millon, nous dévoile un jeu raffiné et délicat. Mais la qualité principale de cette formation est la voix « noire », souple, puissante, un brin churchy de Zac Harmon.

Le Kingbee

Note : on peut trouver divers renseignements sur www.bluestonerecord.com et sur www. zacharmon.com

 

les 5 derniers articles de kingbee

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?