Talk that talk, ça vous parle !?

Les Disques

Talk that talk : Hard Times
Titrer Hard Times par les temps qui courent ne facilite pas l’envie que l’on a de faire la fête. Et si les lendemains de ces sus dites ne sont pas folichons, cela ne vous incitera guère à faire l’emplette de cette rondelle à rajouter dans votre discothèque. Cependant, le travail de ce groupe de Périgueux que certain(e)s parmi vous ont pu voir l’année passée à Cognac mérite mieux que l’indifférence des critiques bluesques. Bien sûr, ils ne firent pas les premières parties sur la grande scène. Leur présence ne souleva aucun tollé parmi la gent du petit monde blues hexagonal. Personne ne s’offusqua de leur musique. A tel point que personne n’en parla !


Hervé Fernandez

Et pourtant, ce groupe à géométrie variable présenta cet opus lors de leur concert. Composé de Hervé Fernandez à la guitare, Philippe Eliez à la batterie et de Julien Dubois à la basse sur la majorité des titres. La distribution ne serait pas complète si l’on ne rajoutait Dan Cooper à la pedal steel, Raymond House au chant, Daniel Martinez à la batterie, la basse étant tenue par Patrick Marchat (3 morceaux) et Vincent Horeau (1morceau) sur quatre titres de cet album.
Hard Times est plus qu’une démo de démarchage de ce groupe périgourdin mais bien ce qu’ils sont capables de produire tant sur scène (Une partie de l’album a été enregistrée lors de la première partie de Benoit Blue Boy réalisée en février 2008 au Sans Réserve à Périgueux) qu’en studio (les 4 morceaux sus mentionnés).
L’ensemble des 9 titres présentés est homogène et oscille entre un blues rock seventies en public et un rythm and blues d’excellente facture en studio (d’autant que ce sont des compositions). Seules deux covers sur ce CD (Un « Baby Scratch My Back » commençant par une intro digne de CCR et se finissant par de riffs à la façon Kings et « Sleeping In The Ground » hommage à Sam Myers)
Hervé “Slim” Fernandez pour le différencier d’un autre Fernandez surnommé Big Dez est aussi à l’aise dans ses solos en public que dans une plus grande retenue en studio sur des titres plus R&B.


Raymond House

Ce qui marqua le public de Cognac lors de leur passage ce fut bien sûr la présence de Raymond House qui de sa belle voix imposa sa présence. « It came howling, Sit and Wonder « , repris ici emballèrent l’assistance. « Bad Dream » fut le début de la ruée du public présent vers l’achat de ce CD. Car en effet comment une pépite pareille peut-elle être passée à côté des oreilles de nos camarades chroniqueurs ! Ce serait un groupe de Hard rockeux qui nous pondraient la ixième tentative de Steel loving you tout le monde se serait esbaudi sur ce titre.
Il aurait mérité de figurer parmi les slows de l’été 2008 !
Vous n’êtes pas convaincu. Allez une fleur que vous fait Talk That Talk par notre intermédiaire. Ecoutez-le ici.
www.myspace.com/talkthattalk

A l’heure où certains n’ont rien d’autre à vous proposer que la énième ressucée de CCR (par exemple) ouvrez vos oreilles à ce que produisent ces musiciens de nos provinces. Pour plus d’écoute allez sur www.myspace.com/talkthattalk.
Et après, n’hésitez pas à commander cet album auprès de Hervé Fernandez qui se fera un plaisir de vous l’expédier pour la modique somme de 11 €.

Serge Sabatié

 

les 5 derniers articles de Serge Sabatié

1 Commentaire
  1. Jipes 9 années Il y a

    Bien sympa ce groupe, les titres du Myspace sont assez variés de l’Américana au blues rock ca groove sérieux !

    Merci de la découverte !

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?