Son of Dave : l’interview

Harmonica

Nouvel album : Explosive Hits • Sortie le 10 juin 2016 • Label : Goddamn Records
Pour son septième album studio, le bluesman Son of Dave alias Benjamin Darvill, né le 4 janvier 1967, revient avec un set de reprises allant de Leadbelly à Daft Punk et à AC/DC en passant par The Bar-Keys et John Lee Hooker, le tout joué en mode one man band. Pour décrypter les intentions du musicien, une interview nous a semblé judicieuse.

Pourquoi ce nom ? Ton père s’appelle Dave ?
C’est vrai. Exactement.

Tu es canadien mais tu vis à Londres. Pourquoi ? A cause de la musique ?
Pas exactement. Il y a beaucoup de musique au Canada aussi. J’aime l’idée d’être européen. Je suis pour que le Royaume-Uni reste au sein de l’Europe. (rires)

Tu es inspiré par James Cotton et Sonny Terry ?
Quand j’étais un jeune homme, j’ai assisté à un festival. James Cotton y a joué avec son big band. Avec Matt Murphy. C’était pas spécifiquement du blues. Il y avait bien entendu du blues mais aussi de la soul et du rhythm and blues. J’étais estomaqué et je me suis dit que c’était ce que je voulais faire de ma vie. C’est depuis ce jour que l’harmonica est devenu mon instrument fétiche.

Peux-tu nous parler de ton expérience avec le groupe Crash Test Dummies ?
Non.

Ok. Tu joues de plusieurs instruments. Lequel est ton favori ?
L’harmonica bien sûr.

Mais tu joues aussi de la guitare et de la mandoline ?
Oui, je joue de la guitare. Je sais faire gling gling. Quand on faisait le mix de mon dernier album, je jouais des riffs de guitare çà et là mais je ne me prétends pas guitariste.

Tu as joué partout à travers le globe. Quel est le meilleur endroit pour un musicien tel que toi ?
C’est une bonne question. Statistiquement et stratégiquement, je dirais que c’est le pays où je vais jouer demain.

Tu es apparu à la BBC en 2005. Tu y as joué Hellhound mais tu as attendu des années avant d’enregistrer ce morceau. Pourquoi ?
C’était une surprise, cette émission. Elle est très populaire. Elle est animée par Jool Holland. On m’a téléphoné pour que j’y participe. Aussitôt, je me suis rasé, je me suis habillé, j’ai sauté dans un taxi et je suis venu en courant. Les hasards de la vie et du métier ont fait que j’ai attendu quelques années avant de l’enregistrer sur disque.

Certains de tes CDs sont appelés 01, 02, 03. Pourquoi ?
C’est pour les journalistes. C’est difficile pour eux de compter après 3. (rires). J’ai voulu faire comme Led Zeppelin. (rires)

Mais eux, ils ont su compter jusqu’à 4.
Alors, ils sont plus forts que moi. (rires)

Comment te présente-tu ? Tu es un bluesman ? Un multi-instrumentiste ?
C’est difficile pour moi de me présenter. Je ne sais pas le faire. Je préfère laisser ce travail aux journalistes. Ce n’est pas mon travail.

Une chanson de ton album, 02, était au générique du film Licence to Wed ?
Je n’ai jamais vu ce film. J’ai vu la série Breaking Bad dans laquelle un autre de mes morceaux est présent. C’était hallucinant d’entendre ma chanson tout en voyant les protagonistes de la série faire de la méth.

Oui, c’était ma question suivante. Il s’agit de ton morceau Shake a Bone.
Oui, exactement. Tu as vu juste.

Merci. Comment as-tu choisi les hits pour ton nouvel album ?
Je ne les ai pas choisis. On les a choisis pour moi. Parfois, lors d’un concert, on me demande telle ou telle cover.

Même Daft Punk et AC/DC ?
Oui. Je suis très ouvert à toutes sortes de musiques.

A propos d’AC/DC. Comment vois-tu leur avenir ?
Je ne vois rien. Je ne les connais pas assez bien.

En fait, pour résumer, le guitariste Malcom Young souffre d’une maladie neuro- dégénérative, le chanteur Brian Johnson souffre de surdité, le batteur Phil Rudd a des problèmes avec la justice…
Non ?

Et le pire, c’est que le chanteur est remplacé par Axl Rose.
Axl Rose ? Ah non, pas lui. Bouah !

Revenons au blues. Comment se porte la scène blues à Londres ?
Il y a des pubs qui vendent à boire à des mineurs. Sans être rigoriste, ce n’est pas mon truc. J’évite d’y jouer. J’ai la chance de pouvoir jouer hors de la scène blues. Je suis programmé dans des festivals généralistes et j’arrive à toucher des tas de publics différents.

https://sonofdave.officialstore.co.uk/

Son of Dave en concert le mercredi 15 juin à La Mécanique Ondulatoire à Paris


Propos recueillis chez Walrus, café disquaire, 34 ter, rue de Dunkerque, Paris,

le 28 avril 2016 par Claude Dannic
Merci à Yazid Manou

 

 

les 5 derniers articles de Claude Dannic

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?