Soirée très Tré au One Way

Chroniques de concert

Je voudrais revenir sur la soirée exceptionnelle vécue au One Way ce mercredi 13 décembre 2006 avec Tré, chanteur/guitariste tout droit venu du South-Side Chicago. J’avais justement plusieurs fois eu la chance de le voir lors de mes voyages à Chicago et il m’avait toujours impressionné à la fois par son talent et sa disponibilité. Je ne comprenais pas ! Personne en France ne s’intéressait à lui… Un des musiciens les plus actifs et les plus représentatifs du Chicago blues actuel ? Alors évidemment, quand j’ai appris qu’il venait enfin en France en ce mois de décembre, il était hors de question de le rater.

Avant le concert, j’ai échangé quelques mots avec lui et il m’a dit « Je suis surtout un entertainer ». Effectivement, quel showman ! J’avoue qu’à ce niveau là, il m’a tout simplement fait penser à Mudcat. Il a réussi à faire bouger le public comme il le fait dans les clubs du ghetto à Chicago, à charmer les femmes, à vraiment impliquer l’ensemble du public. Très rapidement, il y a eu une ambiance de folie, une bonne partie de l’assistance s’est mise à danser, on se serait presque cru dans un juke joint de la Windy city !

Ce gars là a un véritable charisme et c’est vrai que la séduction s’est opérée pas seulement sur le public féminin, il a fait preuve d’une énergie et d’une joie de vivre débordantes et communicatives. Des soirées comme celles là, ça fait vraiment du bien, ça donne le moral, ça regonfle à bloc, ça rend heureux tout simplement ! On en redemande…

Alors bien sûr, je ne peux passer sous silence le look un peu extravagant du personnage (René aurait apprécié), c’est indiscutablement une partie de son succès. Il portait notamment le fameux blouson clouté avec lequel il posait sur la pochette de son cd JSP, en plus d’un pantalon de cuir noir, de santiags en croco, d’un chapeau noir et d’une chemise brodée avec des notes de musiques… Et il en joue, n’hésitant pas à prêter son blouson ou/et son chapeau en fin de concert. Personnellement, j’apprécie beaucoup son jeu de guitare (sans médiator) d’une grande finesse avec une technique toute personnelle, à ce sujet, j’aimerais avoir l’avis de Mauro Serri qui était présent mercredi et qui nous a offert quelques duels de guitare à la fois furieux et amicaux de très haute volée avec Tré. Il était radieux et en pleine forme, le Mauro ! J’étais aussi ravi de retrouver Fred Brousse que j’avais connu il y a plus de 10 ans à l’époque de l’ouverture du Bottleneck, ça ne nous rajeuni pas !

Au rappel, on a retrouvé un Tré décontracté qui a chanté Acapela, histoire de montrer qu’il n’est pas qu’un guitariste showman mais aussi un bon chanteur. Il a quitté la scène en criant bien fort « A l’année prochaine ! »

Voilà une excellente nouvelle qui n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd surtout que l’année prochaine, c’est dans 15 jours !!! Vivement l’année prochaine alors…

C’est vrai qu’après la tournée 2006 du Chicago Blues Festival en demi teinte, cette soirée nous a réconcilié avec le Chicago blues !

Un grand merci à Fred Brousse pour nous avoir ramener Tré en France et un immense merci à Christine pour avoir pris le risque de le programmer en dernière minute.

Jocelyn

 

les 5 derniers articles de Jocelyn Richez

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?