Roger Morand & Bandzydeco

lectures : 6424

Roger Morand & Bandzydeco
2009-03-12 22:46
Default Icon

Roger Morand & Bandzydeco – Démo
Roger Morand & Bandzydeco n’est plus à présenter, ces gens là figurent tout simplement parmi le gotha des formations européennes de zydeco. On ne reviendra pas sur le parcours de Roger, celui-ci dispose de plusieurs sites qui lui sont consacrés. Disons rapidement que ce natif de Nogent-sur-Marne installé depuis longtemps en pays gardois, a commencé très jeune l’étude de l’accordéon chromatique puis il s’est essayé à la guitare électrique jusqu’à sa rencontre avec le mélodéon. A la fin des années 70, Roger décide d’aller voir sur place, là où ça se passe vraiment, Go Down in Louisiana.

Il côtoie certains des meilleurs fiddlers cajuns (Doucet, McGee, Dewey Balfa), rencontre John Delafosse, Marc Savoy et surtout Nathan Abshire qui le prend sous son aile, devenant en quelque sorte son mentor. Pour Roger, cette rencontre avec le Grand Maître indien s’avère capitale. Après avoir joué dans plusieurs groupes dans des registres folk, rock ou celtique, c’est dans le zydeco qu’il jettera son dévolu.

Roger a participé aux plus grands festivals zydeco, s’est frotté aux meilleurs européens (anglais et bataves), très demandé dans les réunions country, il est capable de mettre le feu à n’importe quel dance floor. Au niveau de la culture, Roger fût l’un des premiers à évoquer l’existence du new zydeco, tandis que nombreux étaient ceux qui pensaient encore que le zydeco n’était l’œuvre que de 4 ou 5 gus.
Il y a 10 mois de cela, Roger Morand & Bandzydeco sortait l’excellent CD « Attention Cajun » avec une pochette hommage au dessinateur R. Crumb. On y retrouvait 15 titres avec des clins d’œil à Boozoo Chavis, Clifton Chenier et des relectures de titres cajuns traditionnels (Michael Doucet, Adam Hebert, Iris Lejeune) et également six originaux se mariant parfaitement avec les morceaux des grands maîtres.


Roger Morand – Mondial Folk Fesival

La Démo :
C’est bien connu, certains ne font jamais rien comme les autres, après avoir publié « Attention Cajun ! », CD qu’on qualifiera de fortement recommandable, voilà Roger et ses compagnons qui nous délivrent cette fois-ci une démo. Le quatuor, s’est attaché les services d’un nouveau guitariste : exit Eric Leroch et arrivée de Rolf Lott au phrasé beaucoup plus blues (et plus fluide) que son prédécesseur, disons même que la comparaison n’est pas possible. Le reste de la line up reste identique avec Guy Vasseur (batterie et frottoir) et Jean-Marie Ferrat (basse et chœurs).
Pour l’anecdote, il s’agit donc ici d’une grosse démo (9 titres) d’une confortable durée (38 minutes). On pourrait croire que Roger et ses compagnons ont voulu se rassurer, conforter leur savoir faire. Autant le dire sans préambule, cette démo est même un brin supérieure au disque, grâce à pleins de petits détails qui changent toute la donne. Au niveau du registre c’est clairement vers le zydeco que s’oriente le groupe. Lorsque Roger chante sur des textes en concordance avec la culture cajun (« Tous Les Temps En Temps », « Big Mamou », « La Banane a N’onc Adam », « Allons a Lafayette ») c’est un relief zydeco qu’on aperçoit en premier lieu désormais et non plus un son zydecajun.

Sur les 9 titres de la Démo, pas un seul doublon avec le précédent CD. Au niveau du répertoire, nous retrouvons quelques titres issus du Trad. : « Allons a Lafayette » (probablement mis en boîte pour la première fois par Joe Falcon), « Le Bon Temps Rouler », « Ta Cassé Mon Cœur » que s’est approprié Terrance Simien sur l’album « Zydeco on the Bayou », et enfin un titre de Gérard Dole « La Banane a N’onc Adam ». « Big Mamou » est un titre homonyme au standard dévastateur de Link Davis, on peut aussi penser que Roger lui rend hommage.
Si Roger est probablement l’auteur des autres titres, on a comme l’impression qu’il s’agit plus là d’un travail d’équipe. On se dit qu’à travers telles ou telles paroles, il y a eu comme un conciliabule entre les membres ; peut être est ce précisément là que le groupe a évolué. Faute d’avoir trouvé un frotteur attitré, c’est le batteur Guy Vasseur qui vient gratter la maille et cela apporte une touche zydeco incontestable. Idem pour le jeu de guitare de Rolf Lott qui amène invariablement vers un zydeco blues du meilleur tonneau. On aimerait cependant que Rolf se lâche un peu plus, à la manière d’un Lonesome Sundown ou d’un Dennis Paul Williams (Nathan & the Zydeco Cha Chas) voir même d’un Tom Potter (Zydeco Dots). Guitariste issu du blues, bien connu de la scène hexagonale et déjà aperçu sur le site du Doc, Rolf me parait avoir la stature pour changer de registre. Ses rares solos demeurent flamboyants et chaque note touche avec une précision chirurgicale. Mais c’est bien connu, on en demande toujours plus, surtout quand c’est bon. Au niveau de l’accordéon, l’emploi de modèles et aussi de gammes différentes débouche sur une diversification tonique et réjouissante. Pour ce qui concerne le registre, Bandzydeco est capable de passer de la ballade, au two step en bifurquant par le zydeco trad., le zydeco blues, le new zydeco et même le « zydeco baston ». On peut aussi supposer qu’au fil du temps, Rolf viendra épauler au micro.
Mention à l’irrésistible « I Wanna Know » (avec un Rolf Lott tout proche de Dennis Paul Williams), à « La Banane a N’onc Adam » superbement revisité et enfin à « Big Mamou » pour l’humour et un chant impayable.
Une Démo qui surpasse de nombreux disques contemporains.

http://fr.myspace.com/rogermorand

Le Kingbee

 

les 5 derniers articles de kingbee

A propos kingbee

Le kingbee, le sobriquet choisi par ce chroniqueur rend hommage à ses premières influences, également très porté sur le cajun, le zydeco, le gros son seventies... Il ne déteste pas la Soul sudiste. Le kingbee a tâté il y a bien longtemps une carrière de musicien qui n'a jamais décollé...

Laisser un commentaire