Rencontre avec Marcus King

Default Icon

Marcus King a juste 20 ans mais il pratique la musique depuis l’âge de 2 ans. Rencontre.

A quel âge as-tu commencé à jouer de la musique ?
A l’âge de deux ou trois ans. A l’âge de cinq ans, je jouais en public.

ça fait très jeune, tu es le Mozart américain. A 20 ans, tu es déjà près de la retraite.
Je n’ai aucun mérite, toute ma famille baignait dans la musique.

Oui, ton père est musicien et ton grand-père l’est aussi.
Même mon arrière grand père l’était aussi…

Comment définis-tu ta musique ?
Je n’aime pas les étiquettes qui mettent les gens dans des boites, tu sais. Mais je dirai que ma musique est une sorte de blues sudiste teinté de psychédélisme.

Justement, la question suivante est quelles sont tes influences ?
J’ai grandi en écoutant de la country mais je suis aussi influencé par Coltrane. Je suis une sorte d’éponge qui se gonfle de toutes sortes de musique. Sam Cooke. Sam and Dave. Le blues aussi. Les trois King même s’ils n’ont aucun lien de parenté avec moi. Je me sens, quelque part, comme leur héritier. Robert Johnson aussi bien sûr car c’est le père fondateur du blues. J’écoute aussi pas mal de Miles Davis.

De toutes les guitares que tu as, quel est ton instrument préféré ?
C’est une guitare Gibson que m’a offerte mon grand-père. Je la garde chez moi car j’ai peur qu’elle soit esquintée en avion ou dans les voyages que m’amène à faire on métier. Toujours sur la route.

Comment as-tu rencontré Derek Trucks ?
J’avais quinze ans et je voulais à tous prix le rencontrer mais le service d’ordre ne voulait pas me laisser passer. J’ai vu Susan Tedeschi de loin et je l’ai appelé et elle est venue vers moi. Je lui ai remis une démo avec mes coordonnées. Quelque temps plus tard, Derek Trucks m’a appelé pour me dire qu’il appréciait ma démo. On s’est donné rendez-vous et on s’est rencontré. C’était fou. J’avais quinze ans.

Et ta rencontre avec Warren Hayes ?
C’était quelques temps plus tard. Je jouais dans un club et il est venu me féliciter à la fin du show.

Il a produit ton album qui sort maintenant. Comment c’était de travailler avec lui ?
C’était un rêve car nous avons les mêmes traits de caractère, toute modestie mise à part.

Comment écris-tu tes chansons ?
Il n’y a pas de règles bien précises. Une chanson peut naitre en quelques minutes. D’autres me demandent plusieurs jours. Je peux écrire dans le bruit pendant la tournée ou au calme chez moi. Je propose mes chansons aux membres du band et ce sont eux qui décident si on garde une chanson ou pas. Si on l’arrange ou si on l’abandonne. Je ne suis pas un artiste isolé. Nous formons une vraie équipe ou chacun a son mot à dire.

Tu vas donner deux concerts ce soir (ndlr au Sunset à 18 heures puis un second à 20 heures le 1er Novembre). Tu n’es pas fatigué de tant jouer ?
Non pas du tout, c’est le fait de ne pas jouer qui me fatigue.

Quels sont tes projets ?
J’aimerais enregistrer un disque live. Peut-être en Europe. Principalement au Royaume-Unis.

 

Propos recueillis par Claude Dannic
Photo et Vidéo : Rapido One

 

les 5 derniers articles de Claude Dannic

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?