Red Wolf : Le roi du Growl

Default Icon

Red Wolf – Boney Fields & the Bone’s Project ¯ OTCD 944 – 2003
Si vous ne savez pas quoi offrir à votre belle-mère pour la Noël, tranquillisez-vous, Docteur Blues a pensé à tout, d’ailleurs, n’est-il pas là pour ça… Je vous propose de lui offrir le dernier Boney Fields, d’abord parce que ça la changera d’André Rieux et son Grand Orchestre ou de son « petit » Frédéric François… Ensuite parce que vous allez passer un bon réveillon coincé entre la dinde aux marrons et votre chère grand’ tante, laquelle, d’un œil malicieux, vous glissera à l’oreille que ça lui rappelle le débarquement en Normandie…
Ce deuxième album de Boney Fields & The Bone’s Project est un cadeau qui fera plus d’effet qu’une boîte de chocolats… Parole de toubib !

Pour ceux qui ne connaissent pas encore ce show man, sachez qu’ici on parle cuivres, soul, Rn’B, Funk… Boney, le chapeau Melon bien visé sur la tête, est un chauffeur de salle comme il n’y en a peu. Accompagné de 6 musiciens unis pour le groove, le trompettiste délivre ici 13 titres majoritairement signés de sa main. Le groupe est à l’aise dans tous les styles que compte notre musique préférée, c’est carré, c’est pro et bien léché côté production. Vingt-cinq ans de carrière font le reste…

Du funk 70, que ne renierait pas Hughie Les-Bons-Tuyaux, un brin de reggae à la manière du louisianais Larry Garner, de la musique de San Antonio façon Morales et pourquoi pas un peu de Chicago Transit Authority… Fusion des genres, les ambiances sont très urbaines, vous l’aurez compris : un vrai blues moderne.
La Motown n’est pas loin non plus avec des chœurs et des ponts de synthé tenu par ce bon Johan Dalgaard… Oui, Boney sait s’entourer, à la manière d’un James Brown, les guests tombent en avalanche. Ce Who’s who de la Soul, comme une grande famille, avance toujours, ça cogne méchant, un punch de poids lourd. ils vous lancent un défit en 13 Rounds dont vous ne sortirez pas indemne, croyez moi… moi j’y ai même entendu de l’accordéon, mais j’ai dû rêver ! Je voudrais filer quelques grammies à toute la section cuivre ainsi qu’au bassiste Mike Armoogum dont les drives sont un vrai délice…

Pour en finir avec votre belle-mère, elle ne résistera pas à quelques infos « people » du genre : la femme de Boney n’est autre que la saxophoniste du groupe ¯ Nadège Dumas ¯ ou qu’on peut entendre leur petite-fille sur un des titres de la track list.
Un album qui lui filera la pêche sans compter qu’elle vous sera éternellement reconnaissante, alors vous hésitez encore ?…
Red Wolf, en vente dans toutes les bonnes crémeries. Moi, je dis bravo !

Plus d’infos sur : www.boneyfields.com

Docteur Blues

 

les 5 derniers articles de Jérôme Travers

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?