Quel punch ?! quelle pêche !? Un combat au sommet !

Default Icon

Memphis Slim & Buddy Guy – Southside Reunion – 982 274-3
Universal réédite 9 albums Barclay gravés entre 1969 et 1976. Cette série est remasterisée, selon les albums des bonus, qui étaient restés dans les archives, ont été rajoutés. Chaque CD contient la pochette et les textes originaux des vinyles. Memphis Slim qui est présent sur 3 CD de la série, est ici accompagné de Buddy Guy au meilleur de sa forme. L’enregistrement a eu lieu au studio résidentiel d’Herouville, pendant la tournée des Rolling Stones.

Memphis Slim, décédé en 1988, a été une figure importante du blues en France. Pianiste puissant mais délicat et subtil, aussi à l’aise dans les boogies woogies que dans le down home et les blues lents. Memphis fût le protégé de Big Bill Bronzy, il fit équipe avec W. Dixon. Après s’être fixé à Paris, marié à une française, il a longtemps joué au cabaret les Trois Maillets. Ce pianiste était venu pour la première fois en Europe en 1962, sous l’égide de l’AFBF.

Buddy Guy mentor de Lurrie Bell, Buddy est originaire de Louisiane et commence sa carrière dans la formation de Raful Neal (qui vient de nous quitter). Mais nul doute que son jeu de guitare se rapproche de Guitar Slim. A la fin des années 50, Buddy rejoint Chicago. Avec Otis Rush et Magic Sam, ils vont créer ce qu’on appelle le West Side Sound. A partir de 1958, Buddy enregistre de fantastiques microsillons (il reprend en fait des solos de Jody Williams) ce qui va lui permettre de signer chez Chess. Il va pendant des années graver de superbes séances d’enregistrement comme accompagnateur. Après une fructueuse association avec Junior Wells, il viendra en France en 1965 grâce à l’AFBF. A la fin des années 80, il s’engouffre dans une nouvelle voie, s’entourant de musiciens Rock ou FM ; aux flamboyants solos Guy se transforme quelque peu en « guitar hero », le tout lui rapportant consécration, gloire et argent. Tant mieux pour lui.
Dans son encyclopédie du blues, Gérard Herzhaft regrette que « Southside Reunion » ne soit pas réédité en CD. Il considère cet album comme le meilleur de Memphis Slim avec « Rockin’the blues » (Charly cd 21)

« Southside Reunion » est constitué de 10 plages (2 titres ont été rajoutés par rapport à l’original), l’enregistrement a été effectué les 24 et 25 septembre 1970, la prise de son confiée à G. Delassus. Memphis et Buddy sont formidablement accompagnés par Junior Wells à l’harmonica, Phil Guy pour la guitare rythmique, Ernest Johnson à la basse, Roosevelt Shaw aux baguettes, AC Reed (qui lui aussi vient de nous quitter) et Jimmy Conley forment la section cuivre, en l’occurrence la section Sax. Tous les morceaux sont signés Peter Chatman, alias Memphis Slim, sauf « Rolling & Tumbling » et un titre de Leroy Carr « How long blues. »
On entre rapidement dans le vif du sujet avec « When Buddy comes on » quel punch !!! Memphis et Buddy se saluent tour à tour, s’invectivent. Quelle pêche entre les solos de guitare et de piano, dans un registre très fiftie. Le troisième morceau « Good time Charlie » est un hommage à Charles Brown pendant lequel Junior Wells et les deux sax font preuve tour à tour d’une grande virtuosité. « You called me at last » est le titre le plus long il s’agit ici d’un blues lent entrecoupé par des solos tranchants de guitare et le ton lancinant de la section rythmique. « You’re the one » est présent deux fois sur le CD, puisqu’une version alternate a été rajoutée en bonus. La version de Rolling & Tumbling est l’une des plus lente que je connaisse, avec la basse d’Ernest Johnson qui assure un groove exceptionnel et les baguettes de Shaw au bruitage. Enfin le « Honky Château » (nom donné au studio d’Herouville de feu Michel Magne, par certains musiciens américains) n’est pas oublié puisqu’il est l’objet d’un boogie infernal.
Vraiment un album incontournable !

Il faut noter que pendant cette même année 70, Memphis Slim a enregistré un concept album « Blue Memphis » dans lequel il était accompagné entre autre par Chris Spedding, John Paul Jones, Peter Green et D. Bennet où il retraçait le cours de sa vie par le biais de chansons. (Barclay 1970/90007)

Le kingbee

 

les 5 derniers articles de kingbee

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?