Mr Hot Shot présents the R & B Review

Anthologie

Mr Hot Shot présents the R & B Review vol. 1 & 2
Si vous aimez le véritable Rhythm & Blues, celui qui sort des sentiers battus, ces galettes devraient vous intéresser. A l’opposé des gros labels qui nous servent des choses archi rabattue, les intervenants compilés ici demeurent méconnus. Certains ne connaîtront qu’un statut de vedettes locales ou régional ; d’autres tomberont dans un oubli total par manque de promotion. Il faut dire que la majorité de ces artistes aura enregistré que pour de minuscules labels : Rustone – Dottie – Gardin – Mark – Sherwood – Sprit – Wheel City – Amber – Lyric – Orbit – Process – Maycon – Marco – Flame ou Symbol.
Si le nom de ces labels ne vous dit pas grand-chose, quoi de plus normal ? Idem pour les interprètes présents : Willie Morganfield (celui-ci n’a rien à voir avec la famille Waters), Willie West, Inus Moore, Lloyd Nolen, Big Charles Smith, James McCleese, Billy Cunningham,Little Johnny Clark, Cara Ross, Willie White, Campbell King, Ike Perry & the Lyrics, Seven Blends, Lemme B Good, Melvin Davis (auteur d’un récent album édité par Vampisoul ),Chuck & Pauline (duo dans lequel se cache le saxophoniste hurleur Chuck Higgins nous offrant le turbulent « Too Smart » avec une intro très Chuck Berry dans un délire total). Le seul interprète connu est le grand Otis Redding avant que celui-ci n’enregistre pour Stax est ne devienne le prince de la Soul Music. Ici il interprète du Black Rock n Roll avec l’endiablé « Shout Bamalama » avec une version inédite digne de Little Richard. Le premier volume tient la corde, il contient des titres aux rythmes dévastateurs, tandis que le second vient se poser en complément. Ce volet commence de façon dévastatrice avec Willie White et son fulgurant « Everybody Dance », une véritable bombe atomique puis Mary Hankins continue sur la lancée avec « Ants In My Pants » où elle semble en pleine extase. Baby Jean n’est pas en reste avec les délirants « Oh Johnny » dont le tempo vous fera vibrer et « If You Wanna » qui s’inscrit dans le même esprit avec une voix plus prononcée. Chuck Bradford avec « Wherever You Are » est à mi chemin entre Soul et Rhythm & Blues. Nelson Sanders régénère le son Stax avec « This Love Is Here To Stay ». Le second cd contient quelques bonnes pépites qui valent le détour : Teddy & George avec le pétulant « Justine » à la limite du Rock n Roll, Little Alfred nous fait revivre les danses en vogue durant les sixties avec « The Mashed Potatoes Back Again ». Autre titre destiné à la danse « The Cat » de Walter Williams. Le chanteur de Detroit, Melvin Davis, avec le bouillonnant « This Ain’t The Way » est à la limite de la rupture. Mc Kinley Mitchell nous emmène dans une tourmente appelée « You’re Not Gonna Break My Heart ». Le compilateur n’oublie pas de nous glisser deux pièces de Blues proches du Rockin’ Blues avec Campbell King et son « Good News Baby » qui sonne très roots et fleure bon le Delta Blues et « Black Coffee » interprété par Little Johnny Clark. Une autre petite surprise nous attend avec la version déconcertante mais excellente de « Good Morning Little Schoolgirl » ;ce grand classique du blues chanté par Don & Bob est délivré ici en mode Doo Wop avec à la clé un beau solo de guitare. Les Hi-Lites avec leur succulente reprise de « Woke Up This Morning » ou ils ne ménagent pas leur peine est à ranger dans le tiroir des révélations. Big Charles Smith avec l’instrumental « Fun Fun » joue dans l’esprit de ce que faisaient des guitaristes comme Larry Dale ou Jimmy Nolen. Si vous aimez le vrai Black Rock n Roll vous serez servi avec « Wait A Minute » par les méconnus The Seven Blends. Big Martha avec le démoniaque « You Don’t Love Me Like You Used To » pourrait faire pâlir toutes les grandes dames du Rhythm & Blues. Pour finir ce tour d’horizon, je vous recommande Inus Moore avec « If It Ain’t One Thing Is Another » qui ressemble étrangement au « I Got A Woman » de Ray Charles en plus téméraire. Willie Morganfield distille un « You Better Get Right » qui évoque par moment le célèbre « Fever » de Peggy Lee. Ces deux volumes offrent du très grand Rhythm & Blues, sans artifice, dont le tempo ne faiblit pas une seconde et propose de belles découvertes.
Pour être complet, chaque volume est disponible en cd de 20 titres et aussi sous la forme de vinyles format 25 cm de 10 titres pour chaque volume avec des pochettes magnifiques qui flashent un max.
Disponible à Paris chez Lenox 138 rue Legendre Paris (métro La Fourche)

Henri Mayoux

?

 

les 5 derniers articles de bluemayoux

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?