Monster Mike Welch et Mike Ledbetter au  V.I.P. à Saint Nazaire

Chroniques de concert

Mon cher confrère,

Veuillez excuser ces quelques jours de retard dans la transmission de cette missive. Ceci est dû en grande partie à la perte d’un disque dur externe où étaient stockées les photos de Miss Béa. Sans aucun dommage sur notre documentation, rassurez-vous ! Mis à part ces quelques péripéties qui retardèrent cet envoi, nous avons passé une bonne semaine dans la région guérandaise. Nous avons eu tout le temps de nous rendre au V.I.P. à St. Nazaire dont nos relations nous avaient signalé l’ouverture à des soirées blues. 

Situé dans une des alvéoles de l’ancienne base sous marine comme son vis à vis le LIFE, le VIP s’est spécialisé depuis son ouverture dans les musiques actuelles à destination d’un public jeune.

Depuis peu la programmation s’est enrichie de soirées bleues et c’est ainsi que le blues rock (Popa Chubby) le blues électrique (Kirk Fletcher) ou le funk blues (soirée Martha High et Rumble 2 Jungle) ou un blues plus atypique comme celui du colombien Carlos Eliott Jr voire même des soirées folk ont eu droit de cité plus ou moins régulièrement. Il convient que votre pratique et votre lectorat régional se saisissent de cette adresse pour renforcer encore la tenue de telles soirées.

http://www.levip-saintnazaire.com/programmation/ 

Nous devons reconnaître que l’acoustique est très bonne et que nous n’avons eu pas l’impression de nous trouver sous près de 8 métres de béton. Ainsi nous avons pu assister à la prestation du groupe sud africain Make-Overs, duo dans la même configuration que les ex White Stripes. Arrivés avec le qualificatif de groupe le plus bruyant de leur pays, ils ne démentirent pas cette assertion ! Lorsque nous quittons la salle, très rapidement nous n’entendons plus la tornade sonore !

Ce samedi, c’était la venue de Monster Mike Welch et Mike Ledbetter qui avait motivé notre déplacement en ces lieux. L’année passée, nous avions été agréablement surpris par la sortie de “Right Place, Right Time” sur le label Delta Groove, qui avait reçu de nombreuses critiques élogieuses. Il faut dire que les deux Mike s’étaient entourés pour cette galette  d’une poignée de vieux briscards (Anthony Geraci aux claviers, la paire de de saxophonistes Doug James et Sax Gordon sur 4 titres et la présence de Laura Chavez (ex guitariste entre autre de Lara Price, Candye Cane et aujourd’hui sur les albums parus en 2017 de Casey Hensley et Jade Bennett) sur 4 autres titres.

L’alchimie avait opéré et nous attendions leur venue avec impatience et c’est avec d’autant plus de joie que nous sommes allés les voir à St Nazaire qu’aucune salle, aucun programmateur ne les avaient retenus sur la région parisienne !?

Et là nous ne fûmes pas déçus car la soirée a tenu toute ses promesses. Entourés de Damien Cornélis aux claviers, de Mig Toquereau imperturbable à la basse et de Fabrice Bessouat à la batterie , Mike Ledbetter au chant et à la guitare sur quelques titres et Mike Welch à la guitare nous ont délivré un blues matiné de soul bien chaloupé et jouissif sans temps morts.

Le duo est une alliance entre la voix puissante (capacité de se passer du micro) et suave à souhait passant par toutes les intonations de Mike Ledbetter et les riffs sur lesquels nous ne sous étendrons pas de Mike Welch. Ledbetter nous démontre qu’il a retenu quelques leçons durant les années ou il fut au contact de Nick Moss que ce soit en backing vocals ou en lead vocal et rythm guitar. Welch connaissant ses limites vocales a su mettre son immense talent de guitariste au service d’autres musiciens au cours du temps (Nick Moss mais aussi Sugar Ray Norcia au sein des Bluetones par exemple) 

Durant la soirée, ce sont quasiment tous les titres de l’album qui défilèrent à notre grande satisfaction et pour le plaisir d’un public de la région ouest ravi de se trouver en aussi bonne compagnie. 

Fabrice Bessouat heureux et hilare s’en donnait à coeur joie sur ses futs, Damien Cornélis prit quelques rapides solos bienvenus et Mig Toquereau resta imperturbable tout au long de la soirée !

Force et sobriété de l’équipe française mirent bien en vedette les deux frontmen qui en tandem firent une excellente prestation sans fioriture (pas de pédale mais une sage utilisation des boutons guitare),  avec une efficacité sans cesse renouvelée (une corde cassée en début de solo n’empêcha pas Mike Welch de poursuivre sans se démonter et sans que le public paraisse frustré).

Pour terminer, mon cher confrère, je reste surpris que de tels artistes tournent sur plusieurs dates en province et avec partout un excellent accueil et que sur Paris rien ne se soit présenté pour une prestation en nos murs. Souhaitons que cette missive que nous l’espérons vous diffuserez sur vos réseaux permettront une prochaine fois de sensibiliser les programmateurs parisiens.

Bien à vous 

Docteur j’m’sens bien aka Serge Sabatié
& photos Miss Béa

 

 

les 5 derniers articles de Serge Sabatié

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?