Marco Fiume Blues Passion 2011

lectures : 3177

Marco Fiume Blues Passion 2011
2011-08-28 13:27
Chroniques de concert


Festival mémorial Marco Fiume Blues Passion 2011 (9e édition) Rossano – Italie
Le festival mémorial Marco Fiume blues passion reste toujours pour moi un festival hors du commun et qui ne ressemble à aucun autre. Non seulement, il y a toujours une programmation originale que l’on doit à l’organisatrice / programmatrice Maria Giulia Sorrentino qui permet chaque année de découvrir des artistes de premier plan en exclusivité européenne mais il y a aussi une ambiance toute particulière, un dépaysement fort agréable et un véritable air de vacances. Mais pour bien planter le décor, faisons un bref rappel historique.
Ce festival mémorial qui en était cette année à sa 9e édition rend hommage à un fantastique guitariste italien Marco Fiume qui nous a quitté bien trop tôt à la veille de son 30e anniversaire en mars 2002. Marco Fiume vivait à Los Angeles, il était le guitariste de Candye Kane (qu’il avait notamment accompagné au festival de Cognac en 2000), il avait créé son propre groupe les Lo Fi’s et jouait régulièrement avec une multitude de grands noms du blues sur Los Angeles comme Junior Watson, Lynwood Slim, Alex Schulz, etc… C’est pourquoi quand le festival s’est créé en 2003, on a commencé à voir toutes ces stars de la west coat venir à Rossano. Marco Fiume avait un jeu à la frontière du jazz et du blues d’où la devise du festival « the bluesy side of jazz, the jazzy side of blues ».

Après ce rappel historique, faisons maintenant un peu de géographie : Rossano est une petite station balnéaire du sud de l’Italie, en Calabre précisément située en bordure de la mer Ionienne, une ville à deux visages, d’un côté, une vieille ville à flanc de montagne réputée pour ces églises byzantines et ses ruelles étroites, une image de carte postale et de l’autre, une station balnéaire non bétonnée avec son lot de bars, restaurants et boites de nuit en bordure de plage avec une eau chaude et très claire sans oublier un soleil radieux. Une véritable ambiance de vacances pour un festival gratuit et en plein air, une recette qui fonctionne toujours avec des vacanciers nombreux et sans contraintes horaires qui ne demandent qu’à se divertir. Et c’est toujours l’occasion de déguster les délicieuses spécialités culinaires calabraises.

Alors, cette année, il y avait quelques changements importants. D’abord, la scène du festival qui depuis la première édition était adossée à la tour San Angelo a été déplacée quelques centaines de mètres plus loin, toujours en bordure de plage pour faire face à un bel amphithéâtre en dur. Et puis, il n’y avait que deux concerts par soir au lieu de trois précédemment, ce qui permettait aussi d’aller coucher moins tard !

Les deux premières soirées ont débuté par la projection du film hommage à Marco Fiume, « the bloomed blue river ». La troisième soirée a été perturbée par un vent violent inhabituel (une grande première pour le festival) qui a obligé l’organisation à démonter le panneau du festival situé au fond de la scène; Rossano ce dimanche avait des airs de Windy City !

J’ai encore eu la chance cette année de vivre le festival de l’intérieur, c’est-à-dire avec les artistes et c’est toujours une expérience formidable avec des journées rythmées par les matinées à la plage, des super repas au restaurant et des soirées blues bien sûr !

Justement, venons en à l’édition 2011 du festival proprement dite.

La première soirée a débuté avec les Blues Rider, un groupe local (précisément de Crotone) qui reprend des standards du blues de « Croasroads » à « Mojo working » en passant par « Start it up » (de Robben Ford). Petite curiosité, le chanteur harmoniciste du groupe évolue sur scène avec les pieds nus, à l’image de Barefoot Iano chez nous. C’est un groupe très inspiré par le Chicago Blues avec deux guitaristes très présents.

Rossano-2011-Cumming-3

Il y a toujours des grands guitaristes à Rossano, ainsi, la vedette de cette première soirée fut Albert Cummings dont c’était la première tournée européenne. Albert Cummings est un guitar hero à la tête d’un trio blues rock très inspiré par Stevie Ray Vaughan. Mais, il ne tombe pas dans les travers habituels de ce genre de formations, il n’abuse pas des longs solos, joue avec niveau sonore raisonnable des morceaux presque exclusivement originaux. On sent qu’on a affaire à un musicien expérimenté et à maturité. Mais je regrette néanmoins qu’ Albert Cummings soit un chanteur peu expressif et un musicien sobre et peu spectaculaire. Il a conclu son set un par « Voodoo Child », morceau d’Hendrix repris à la manière de SRV et en hommage à Marco Fiume !

Rossano-2011-Rucker-4

C’est la chanteuse / harmoniciste de Los Angeles Kelly Rucker qui avait l’honneur d’ouvrir la deuxième soirée accompagnée par l’excellent Maurizio Pugno Trio (comprenant Alberto Marsico à l’orgue et Gio Rossi à la batterie). Elle possède un joli grain de voix et des compositions intéressantes comme « Take me as I am » ou « Church of Texas ». Son style est éclectique allant du folk à la country en passant par le blues bien sûr, les américains parlent d’Americana. Elle a invité Miss Dee en fin de concert pour deux titres et un final bien sympathique.

Rossano-2011-Zonca-2

C’est ensuite Robi Zonca, chanteur et guitariste Italien qui se présentait sur la scène du festival. C’est un musicien dont les CD ont été largement diffusés en radio jusqu’aux USA et dont la notoriété a dépassé les frontières d’Italie. Il propose des compositions originales dans un style personnel, moderne et borderline. Il ne laisse pas indifférent, on adore ou on déteste ! Il était accompagné par un bon groupe parfaitement au service du leader avec en particulier un batteur spectaculaire toujours en représentation qui fait diverses grimaces et tire la langue.

Rossano-2011-Jones

La troisième soirée, bien que perturbée par le vent fut de grande qualité avec d’abord Rowland Jones, un Gallois installé en Italie. Pour ses 60 ans qu’il fêtait ce soir là, il nous a offert un beau concert. Très bavard, il introduit longuement ses titres (majoritairement des originaux) avec passion et humour, créant une complicité avec le public. Guitariste au son clair et jazzy, Rowland Jones a développé une musique feutrée agréable à écouter.

Rossano-2011-Mz-Dee-1

Rossano-2011-Mz-Dee-Pugno-2

Mais le meilleur était encore à venir avec Mz Dee, véritable révélation du festival. Cette chanteuse venue de Berkeley en Californie a fait l’unanimité, elle possède une forte personnalité sympathique et attachante et surtout une voix, puissance et pleine de nuances. Si elle avait un trac perceptible avant de monter sur scène, elle l’a transformé en une énergie positive et s’est presque immédiatement libérée une fois sur scène. Si le répertoire fait de classiques n’avait rien d’original, elle s’est révélée être une formidable interprète. Et une nouvelle fois, le guitariste Maurizio Pugno (tout comme ses compères Alberto Marsico et Gio Rossi) s’est montré à son avantage, donnant encore plus de relief à la performance de Mz Dee dans un style parfaitement en accord avec la fameuse devise du festival « the bluesy side of jazz, the jazzy side of blues ».
En fin de concert, Maurizio Pugno a même joué sur la guitare de Marco Fiume amenée pour l’occasion par Maria Giulia Sorrentino.

Et le festival s’est terminé par la traditionnelle et sympathique jam qui permet de réunir sur scène l’essentiel des musiciens des différents groupes qui se sont produits durant les trois jours et de clôturer en beauté cette neuvième édition.

Galerie photos : Rossano 2011

Texte et photos : Jocelyn Richez
Site « la route du blues »: http://www.route-du-blues.net
Blog MySpace : http://www.myspace.com/jocelynrichez
YouTube : http://www.youtube.com/SlimJoBlues#g/u

 

les 5 derniers articles de Jocelyn Richez

Laisser un commentaire