Louisiana Red : Memphis Mojo

Les Disques

Louisiana Red • Memphis Mojo • Ruf Records
Ce dernier cd de Louisiana Red reste dans le même esprit de ce qu’il a eu l’habitude de nous offrir tout au long de sa carrière. Il s’agit donc de blues terrien, roots, typique de celui que l’on écoute au cœur du Mississippi et plus particulièrement dans le Delta. La musique y est âpre et rugueuse, très à ras de terre et baigne dans une ambiance troublante à cause du rythme lancinant. Louisiana Red ne fait aucune fioriture, n’hésite pas à se lancer dans un blues simple et basique.
Pour l’enregistrement de cet album on trouve derrière lui les bassistes Bill Troani ou Mookie Bill, les fûts sont tenus par Alex Petersen, David Maxwell s’occupe des touches noires et blanches du piano, Bob Corritore est à l’harmonica et Little Victor, fidèle compagnon de route, officie en seconde guitare. Tous les titres sont signés de la propre main de Louisiana Red.
On peut considérer ce « Memphis Mojo » comme un album correct, mais tout n’est pas parfait, deux titres s’avèrent assez faibles. Le cd commence fort avec « Goodbye Blues » que j’aime à savourer suivi d’un « I Had Troubles All My Life » qui reste dans le même esprit et respire à merveille le Delta Blues. « No More Whiskey » et « Yolanda » nous plongent en plein dans l’ambiance des juke joints du Mississippi et l’harmonica de Bob Corritore prend toute sa réelle signification. « Your Lovin Man » serait intéressant mais c’est au niveau voix que ça un peu de mal à passer, Louisiana Red paraît fatigué par ses années de route. Idem pour « You Lovin’ Man » où la voix pêche, dommage car on baigne dans une belle atmosphère pesante mais prenante. « Boogie Woogie Boogie » est un morceau qui manque de fond musical et devient vite ennuyeux. Avec « I’m Gettin’ Tired » on retrouve l’esprit du Delta Blues des années 40-50, ce morceau est simple mais accroche l’auditeur, Louisiana Red et ses accompagnateurs sont sur la même longueur d’onde. « Why Don’t You Come On Home » s’avère plus tonique, plus chargé en électricité et la voix de Louisiana Red y est plus prenante.
« Grandmother’s Death » nous replonge dans le Mississippi Blues avec un Bob Corritore décisif à l’harmonica et un Little Victor qui parvient à relancer la machine de façon très appropriée avec son très bon jeu de guitare. Cet album peut être qualifié d’honorable malgré deux ou trois imperfections, il mérite qu’on aille à sa découverte. Louisiana Red reste un musicien attachant et figure parmi les derniers artistes à perpétuer l’esprit traditionnel du Mississippi Blues. Mais on lui préfèrera l’album précédent « Back To The Black Bayou » qui demeure plus abouti.

Henri Mayoux

 

les 5 derniers articles de bluemayoux

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?