Le retour de Black Merda

Anthologie

Black Merda – Force of Nature – Vampisoul Records
En 2006, le label soviet Lilith Ltd (en fait Universal Russie) rééditait le premier album éponyme de Black Merda (prononcez Murder) paru à l’origine chez Chess en 1967. Cet opus titanesque (déjà chroniqué sur ce même site) sera suivi en 1971 du somptueux « Long Burn the Fire » publié par Janus sous le nom de Merda. Il n’en fallait pas plus pour qu’on s’aperçoive que ces musiciens ayant tourné dans le giron d’Edwin Starr, Wilson Pickett et des Temptations existaient toujours et se produisaient encore sporadiquement. Cette même année 2006, la formation publiait encore deux nouvelles perles dans l’indifférence quasi générale.
Avec « Force of Nature » au titre prédestiné, Black Merda fait un retour remarquable. De la formation originale, si Tyrone Hite a rejoint le paradis des batteurs en 2004, les 3 autres membres fondateurs du groupe sont toujours là : VC L « The Mighty V ! » Veasey (basse et guitare) ainsi que les 2 frangins Hawkins, Charles « Charlie Hawk » et Anthony « Wolf » aux guitares. Avec en moyenne 1 album tous les 10 ans, la discographie de ce groupe n’est guère luxuriante, mais demeure marquée par le sceau d’une qualité exceptionnelle. Ici pas d’esbroufe, pas de guitare derrière le dos comme se plaisent à le faire certains clowns, pas de pédales ni de fuzzing, eux c’est la finesse et le touché. Oh bien sûr avec l’âge, Merda s’est calmé, on ne retrouve pas de morceaux dévastateurs comme « Prophet », « Cynthy-Ruth » ou « Over and Over », de même les connotations psyché se sont diluées avec le temps, mais le groupe gagne en homogénéité, et en sérénité.

Mighty V et ses deux complices se partagent les vocaux et sont épaulés par de solides sidemen issus de la scène de Detroit : Terry « Thunder » Hughley (drums), Robert Jones (claviers) tandis que Bobby Smith est aux congas sur 2 plages et Kenny Tudrick s’occupe des baguettes sur le titre de fermeture.
L’auditeur pourra aussi apprécier outre le contenu sonore, la qualité des textes non dénués d’humour, mais aussi parfois graves quant à la vie quotidienne de la planète. Un disque superbement produit par Jeff Meier, fluide, avec des parfums funk aussi entêtants qu’authentiques.
Une superbe réussite parfaitement maîtrisée sortie certes en 2009 mais qui mérite peut-être un coup de pouce.

http://www.blackmerda.com
http://www.vampisoul.com

> Relire la précédente chronique :
Black Merda « Black Merda » (LR111)
Originaire du Mississippi, la formation Black Merda (prononcé Murder) dispose à son actif de deux albums. Le premier a été publié en 1970 par le label Chess à Chicago, le second par Janus en 1972 sous le titre « Long Burn The Fire » (à noter que ce second lp vient de faire l’objet d’une réédition par le label Funky Delicacies). Il est amusant de constater que le CD « Black Merda », portant donc le même titre que le groupe, vient d’être réédité en CD lui aussi par Universal Russia.

Le Kingbee

 

les 5 derniers articles de kingbee

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?