Le Buis Blues Festival menacé

news

A peine avions-nous écrit notre compte rendu (où nous évoquions brièvement ces difficultés de trésorerie) de la dernière édition du BBF que nous recevions un article du Populaire du Centre qui nous alerte sur les menaces planant sur l’avenir de ce petit festival exemplaire.
Nous n’allons pas nous étaler davantage. Nous reproduisons ci dessous l’article de Jean Paul Sportiello issu de ce journal

Le Buis Blues Festival menacé de disparition à cause d’un « bug » administratif – Limoges (87000) – Le Populaire du Centre

Lancée il y a plus de 13 ans, la belle aventure du Buis Blues festival va-t-elle s’arrêter là ? C’est ce que craignent les organisateurs, l’association L’École Buissonnière qui tire la sonnette d’alarme. « L’association se trouve dans une situation financière très critique en raison du non-versement des fonds européens FEADER depuis 2015 » explique le président Laurent Bourdier dans un communiqué. Avec un budget de près de 55.000 euros, comment pourrions-nous survivre une année supplémentaire sans avoir touché les 30.000 euros (10.000 euros par an depuis 2015 – sans compter 2018 en cours) auxquels nous pouvons prétendre et ce, malgré une gestion financière exemplaire ? »
Cafouillage administratif
Comme plusieurs autres festival (Zicanouic, Graines de rue, Rock en Marche etc), le Buis blues festival se trouve confronté à un cafouillage administratif ubuesque. Les fonds européens Feader sont des aides pour le développement rural gérés par la Région, (en tant qu’autorité de gestion représentant l’Etat), le ministère de l’agriculture et l’ASP, (Agence de paiement). C’est cette dernière qui est chargée du versement des fonds attribués par l’Europe. Mais son logiciel Osiris – qui gère aussi les aides agricoles – continue à dysfonctionner. Un pur problème administratif franco-français.
Situation surréaliste
« Les arguments techniques et administratifs qui nous sont opposés depuis plus de deux ans sont surréalistes pour le béotien, et d’une injustice absolue pour une structure qui a toujours réussie à dégager des bénéfices (certes modestes) chaque année depuis le début du festival », plaide Laurent Bourdier.
Porté par près de 200 bénévoles désireux de faire vivre leurs villages et leur département, le rendez-vous estival du blues en Limousin s’est forgé une solide réputation de qualité et de sérieux. Des groupes venus de toute l’Europe s’y retrouvent chaque mois d’août, pour quatre jours de musique entre le Buis, Nantiat, Breuilaufa et Ambazac. 4.000 spectateurs ont assisté aux quatre soirées de l’été 2018.
Sa disparition, comme celle d’autres festivals à cause d’un simple “bug” administratif serait un authentique gâchis.
Jean-Paul Sportiello

Certes ce n’est pas le seul évènement culturel qui est menacé. D’autres festivals, d’autres salles, d’autres programmations de toutes sortes sont aujourd’hui dans des difficultés de financement telles que parfois leurs responsables jettent l’éponge.
Quand nos responsables se rendront-ils compte que leur plan ceci, leur plan celà sont très bien mais qu’il manque quelques bricoles telles que s’assurer que les destinataires des mesures sont réellement touchés par le ruisselement qui doit découler de leurs mesures. Et en l’occurence, ce n’est pas que la culture que l’on balaie sous le tapis, ce sont également des milliers d’agriculteurs qui crèvent par absence de liquidités !

Serge Sabatié

 

les 5 derniers articles de Serge Sabatié

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?