La Revolución de Emiliano Zapata

Les Disques

La Revolución de Emiliano Zapata
Historiquement, le Rock mexicain débute avec des reprises en espagnol ou en anglais de standards de Chuck Berry, d’Elvis et consorts. Rapidement de rares groupes locaux vont se former tentant de se mettre à la composition sans réel succès. Des formations comme Los Locos Del Ritmo, Los Rebeldes, Los Crazy Boys vont essayer de percer en vain la scène musicale du voisin américain. En fait, seul le tout jeune Richie Valens, découvert par le producteur Bob Keane, connaîtra un succès aussi rapide qu’éphémère avec ses versions de « Donna » et surtout de la fabuleuse « Bamba ».

Parfois il arrive que de petits groupes arrivent à graver des albums pour des majors américaines (Los Dug Dug’s chez RCA), mais il y a rarement de suite. A la fin des années 60, le succès de Santana aux Etats Unis permet de développer une scène musicale active principalement autour de Mexico et des villes du nord.
Plus récemment des formations comme Los Jagares, Cafe Tacuba, Mana, Tito & Tarentula, sans oublier Los Lobos et Tino Gonzales ont connu un certain succès, dans des registres différents. Mais il conviendrait de ne pas occulter les influences de La Revolución de Emiliano Zapata.

La Revolución de Emiliano Zapata (que je nommerai R E Z, pour plus de facilité) a commencé à jouer dans des fêtes de villages et des kermesses. Au départ, cette formation résultait d’une association de copains d’enfance. Le bouche à oreille eut un rôle capital dans la réputation du groupe, leur musique était sur toutes les lèvres. Rapidement quelques maisons de disques de Mexico flaireront la bonne affaire mais les musiciens préférèrent signer avec un manager local de Guadalajara. Leur ascension va devenir vertigineuse, le groupe apparaissant aussi bien à la télévision que dans d’immenses et épuisantes tournées. REZ décide alors de s’installer à Mexico, ce fût le début de la fin. Les tensions entre musiciens ne vont alors cesser de croître, aussi le groupe décide-t-il de mettre fin à son expérience.
Il est amusant de signaler que pendant que j’écris ces lignes, le label Dynamic réédite l’album avec une pochette originale. Cependant le disque qui est entre mes mains est issu d’une édition limitée (très certainement de l’un des membres du groupe) gravée à 1000 exemplaires et qui offre l’avantage d’offrir deux titres en bonus. Ce disque débute par « Nasty Sex » morceau qui ne peut faire penser qu’au beat de Creedence et de Fogerty, mêmes envolées de rythmiques, batterie aigre, solo de guitare ravageurs et lancinants proches de l’hypnotisme. « Melynda » est du même tonneau avec néanmoins un rythme moins souple, moins obsédant. « I wanna Know (Quiero Saber) » penche lui vers un Folk Psyché dans lequel on apprécie le duel flûte-harmonica. « Ciudad Perdida » est une superbe envolée instrumentale avec son de guitares façon Ventures, castagnettes (et oui !), solo de basse (ça ressemble à Jet Harris) et de batterie entrecoupées d’effluves Acid Jazzy. « At The Foot Of The Mountain » en huitième position est une ballade Folk, tandis que “Under Heavens” peut évoquer It’s a Beautiful Day. Les titres Bonus sont des alternates des morceaux 5 et 8 proposés en version single.
Une réédition d’époque, avec une rythmique d’acier, de bonnes trouvailles (castagnettes, flûte), des mélodies évidentes, des textes en anglais, une voix aiguë et parfois rageuse et une pochette qui devrait ravir les amateurs de westerns. Je voudrais également citer les musiciens : Javier Martin Del Campo (guitare, piano, flûte), Oscar Rojas Guttiérez (chant), Francisco Ornelas (basse), Antonio Carbajal (batterie) et Carlos Valle Ramos (guitare rythmique). Bien que les musiciens de ce quintet, originaire de Guadalajara, n’ont par la suite guère faire parler d’eux, il existe cependant un site Internet qui leur est dédié : www.maph49.galeon.com

Le Kingbee

Note : Ce CD étant complexe à dénicher, je préconise email d’un excellent chercheur importateur : square-cd@wanadoo.fr

 

les 5 derniers articles de kingbee

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?