La Fiesta Blues’n’Roll des Shaggy Dogs

le groupe Shaggy Dogs
Les Disques

Shaggy Dogs – Renegade Party
A l’heure où les punks rentrent au musée, il est bien difficile de trouver de quoi se mettre sous la dent quand on est un Kleps sans collier qui aime la Zic à faire danser les filles et boire les garçons (et vis versa). Les Shaggy Dogs, bande de quinquas adepte de la chemise à jabot, nous proposent déjà leur 5e album qui claque comme un coup de fouet plus salutaire qu’une Redbull Vodka. Renegade Party encore produit par Al Scott est annoncée comme LA pièce maîtresse de leur itinéraire Rock.
Ça faisait bien longtemps que je voulais me faire une Chro sur ces chiens là, depuis ce soir, où je les avais croisés au Globe Café de Cognac pour une party mémorable… La meute emmenée de Pascal « Red » Redondo, est souvent présentée comme l’héritière des Dr Feelgood ou des Inmates – d’ailleurs plus Inmates que Feelgood – car sans rentrer dans un débat de spécialiste, les Dr Feelgood de la première époque étaient, à mon avis, dans une incarnation du Working Class Hero dont l’urgence d’un Rock minimaliste explosait en représailles à un destin tout tracé de loosers à Canvey Island… C’est important de resituer car l’image de Dr Feelgood est souvent galvaudée…

Les Shaggy Dogs, eux, l’ont bien compris… En manifeste de ce 5e Cd, ils revendiquent un « nul besoin d’étiquette – ni d’origine contrôlée ». Nous, on les préfère comme ça, dans un genre beaucoup plus construit, plus musicien en phase avec l’état actuel d’un Rock français décomplexé mais j’ai déjà écrit là-dessus… Les intros Kalachnikov de caisse claire, les riffs Samouraï de Fender sont inscrits dans l’ADN d’un Blues Rock assumé. Celui des Shaggy Dogs est urbain, voire citizen… et vous me pardonnerez cette private joke : « Ça fleure bon le Jam Studio d’Ivry-sur-Seine ».

First, il faut saluer la performance de THE guitarist ! Le Jacker qui officie à la Cyclone, (c’est assez rare pour le signaler) transpire comme un ouvrier métallo dans un laminoir… On se gave d’accords plaqués au cordeau, on se lèche les babines de vibrato, ça forge du riffs pointus et des soli bien coupants, écoutez moi ce kick it ça pique… Quant à Red, sa voix de bulldog colle parfaitement au style bien que parfois elle soit prise au piège d’un livret un peu alambiqué à mon goût…

De leurs treize compos originales, nos préférences vont à Voodoo King, rien de tel pour vous faire remuer la queue qu’un morceau de métal qui glisse sur des cordes de guitare. (Lorenzo Sanchez, invité surprise). Plus loin, les Dogs montrent les dents sur Tight time, venimeux et caverneux, un titre dépouillé qui prouve que le mid-tempo leur va bien. Guillermo (ex Bloosers) à la batterie et Toma le bassman y sont solides comme des chiens assis. On aime aussi le piano (bonne idée !) et les bords-caisses de Little Ann. Le rythme rumba de I like to Boogie, ici on lorgne vers le Texas et les T-Birds ne sont pas si loin… Idem sur Who’s Got a Clue… bien court sur patte aux licks costauds et au refrain tonitruant (marrant tonitruant, non ?).

Alors ! Si après ça vous n’avait toujours pas envie de jeter votre oreille d’épagneul breton sur les 13 titres de Renegade Party, j’en bouffe mon collier ! La prochaine émeute de la meute est programmée au Café de la Danse le 5 novembre avec The Excitements.
http://www.shaggy-dogs.com/

Jérôme Travers

 

 

les 5 derniers articles de Jérôme Travers

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?