Good Morning Mr Mel Brown

Les Disques

Mel Brown Chicken Fat Impulse 986104-7 – Universal
Qu’y aurait il d’étrange, après tout, d’écouter Chicken Fat… Aujourd’hui… Du snobisme ! Non pas seulement, mais aussi une envie d’écouter quelque chose de neuf ?!! Mel Brown a été redécouvert ces dernières années, comme son acolyte Snooky Pryor (Cognac 2003), et ce n’est que justice. Longtemps considéré comme second couteau, Mel a enfin droit, aujourd’hui, à une reconnaissance bien méritée, récompensant des années passés au service d’une multitude de musiciens débordant même du blues puisqu’il jouera pour W. Jennings ou Willie Nelson.

Né à Jackson, Mississippi, en 1939, Mel Brown débute sa carrière en Californie dans l’entourage de Johnny Otis. Puis avec l’aide de quelques amis, dont les guitaristes Arthur Wright et le fameux Herb Elis, il se décide à produire pour Impulse un premier effort époustouflant de maîtrise. Avec le recul, Chicken Fat est un album certes au charme désuet mais aussi susceptible de vous filer une bonne claque ! Il est à parier que ça fait un bail que vous n’avez pas entendu un son pareil, ou tout simplement vous ne l’aviez jamais entendu… Fuzzy, Crunchy, neuf plages consacrées exclusivement à la six cordes électrifiée, neuf titres saupoudrés de nappes et de riffs d’orgue joués par Gerald Wiggins et maintenues dans un corset* « paternel » funky.
Pas de vocal, mais le plein de trouvailles… Ce qu’il y a de plus surprenant c’est qu’au bout de quelques minutes d’écoute, on ne peut plus réellement identifier cette musique. L’absence de lyrics, semble l’absoudre de toutes étiquettes. Est-ce du Jazz, de la Soul, du Funk, la bande son idéal d’un film américain bien trempé, empli de Fords Mustang, de pattes d’Eph, et de rouflaquettes… Place ici à l’ingéniosité, à l’expression d’une musique sortie des sixties comme un recueil de poèmes de Richard Brautigan. It’s magic !

C’est en écoutant ce genre de disque que l’on peut prendre conscience du talent de l’artiste afro-américain, de ce fantasme du Chittlin’ Circuit, du South Blues si cher à nos cœurs… Mel Brown est la référence, le maître « étalon » du blues façon Soul Food. Il sera au festival de Roses en Espagne début Juillet, alors si vous êtes en vacances dans les environs n’hésitez pas !!! Pour les autres consolez vous avec ce collector longtemps réservé aux initiés ou en vous procurant un de ses derniers albums sur lesquels Mel assure toujours avec brio…

* A noter la présence de Ronald Brown à la basse qui serait le père de Mel, (information non vérifiée)

Ronald Brown est le frère de Mel et son père était le bluesmen John Henry Bubba Brown, il a même enregistré un album très tard et il chante sur un des morceaux de Mel de cette époque 747 blues) Information verifiables sur Sheldon Harris par exemple…
Doctorjoan

www.melbrownblues.com/

Docteur Blues

 

les 5 derniers articles de Jérôme Travers

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?