Gerard Delafose & The Zydeco Gators

Default Icon

Gerard Delafose & The Zydeco Gators • Can’t Make U Love Me!
L’accordéoniste Gerard Delafose est issu de la troisième génération de musiciens de Zydeco. Il y a peu, le gars n’avait même pas la moindre page le concernant sur le Net. Le garçon joue pourtant depuis près de vingt ans et son nom vient poser les bases d’une sacrée filiation familiale. Gerard est le petit fils du légendaire John Delafose et le neveu de Gene, rejeton de John. On vous le dit, le Zydeco, c’est souvent une affaire de famille. Si vous regardez de plus près, ce sont toujours la même quinzaine de noms qu’on retrouve (Chenier, Carrier, Ardoin, Rubin, Ledet), les plus jeunes perpétuant les traditions musicales de leurs ancêtres. Signalons que Gerard Delafosse & The Zydeco était le groupe tête d’affiche du dernier Festival de Saulieu (on ne vous en parlera pas, on n’y était pas hélas) mais les échos rapportés par certains aficionados demeuraient élogieux.

Les renseignements sur le musicien sont des plus minces. Gerard est né à Mamou, une bourgade d’à peine 4000 âmes entre Ville Platte et Eunice en février 1984 mais a grandi à Eunice. Il a commencé l’apprentissage de l’accordéon à 8 ans, probablement au contact de John et de Gene, et joue depuis près de vingt ans. Il se produit presque exclusivement en Louisiane et a monté les Zydeco Gators en 2007. Ne comptons pas sur la pochette du CD pour avoir la moindre information, hormis les titres et leur durée, c’est tout ce que nous avons à nous mettre sous la dent.

Contrairement à la tendance du moment qui serait plutôt au modernisme, Gerard Delafose nous renvoie quelques années en arrière, à l’époque de Boozoo Chavis, Clifton Chenier, Fernest Arceneaux et bien évidemment John et Geno Delafosse.

L’accordéoniste oriente une grosse partie de répertoire sur le two-step. D’entrée de jeu, Delafosse nous plonge dans l’ambiance avec « Creole Music » un two-step évocateur de Roy Carrier. L’accordéon est mis sur orbite par une section rythmique aussi souple qu’efficace, le musicien délivrant un superbe break plein de nuances. Il accélère un brin le tempo, juste ce qu’il faut, et embraye sur « Tee Connais », un excellent two-step avec de brefs passages de paroles en français. Les Zydeco Alligators changent de cap avec « Love Don’t Come Easy », une valse ballade teintée de New Orleans Sound, idéale pour faire reposer les soupapes. On se retrouve bercé entre l’accordéon double rang et une guitare qui prend de l’envergure. Les amateurs de Zydeco old time se délecteront sur « Three Piece Zydeco », un two-step instrumental virevoltant dans lequel le frottoir, la batterie et l’accordéon se tirent une bourre pleine de complicité.

« Can’t Make U Love Me » qui donne son nom à l’album apporte une touche de modernisme pour un titre oscillant entre valse Nola et New Zydeco tendance Soul. Généralement, les titres sont préalablement rôdés auprès des amateurs de dancefloors, et le titre semble avoir eu leur préférence. « Ride My Horse » nous renvoie vers un répertoire plus rustique sur un rythme nuancé oscillant entre two-step et valse médium. La section rythmique avec Justin Bibby (basse) et Garrett Jack (batterie) n’en rajoute pas mais lance idéalement le chanteur sur orbite. « T.L.C. » pourrait s’inscrire dans un disque de Clifton Chenier ou Boozoo Chavis. Ce two-step mid tempo avec une basse aussi ronde que groovy bénéficie d’un bon nappage de guitare, tandis que l’accordéon semble réciter ses gammes pour une démonstration sans esbroufe. Delafose reste sur la même ligne de conduite sur « Pick A Fine Time To Leave » sur lequel le chant velouté produit encore son effet. L’album se clôt avec « Rolling Out », un two-step rythmé témoignant que les racines sont toujours bien présentes.

Personnage attachant, Gerard Delafose délivre ici un excellent disque de Zydeco, produit sans surenchère, avec un répertoire personnel cohérent. La cohésion entre les différents membres des Zydeco Gators est évidente dès les premières notes. La formation constituée de musiciens du terroir (Dion Guillory au frottoir, Jonathan Malbrew, Julian Primeaux et Jessie Delgezze aux guitares, sans oublier le paternel Charles Fontenot et le frangin Andrew Fontenot) pose les fondations d’un répertoire efficace et sans faille. Ah dernière chose, Gerard Delafose est un plaisantin, l’accordéoniste nous délivre un dixième titre caché avec l’excellent « Vine St Two Step » qui comme son nom l’indique diffuse une invitation à la danse. Peut –être le meilleur album de Zydeco de l’année. Disponible sur le site louisiana music factory. Un artiste en droite avec Jeffery Broussard, Zydeco Dots, Chubby Carrier et les anciens Clifton Chenier, Boozoo Chavis et Nathan Williams.

https://www.facebook.com/zydecogators/

Le Kingbee

 

 

 

les 5 derniers articles de kingbee

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?