“Douze mesures pour un meurtre” de Michel Lauwers

Blues à lire

S’il y en a un qui n’a pas le syndrome de la page blanche, c’est bien Michel Lauwers. Son amour pour la littérature, la guitare et la musique Blues, nous a permis de croiser la route de ce journaliste belge aussi érudit qu’attachant ! Michel Lauwers certains d’entre vous le connaissent déjà. Quelques unes de ses nouvelles ont été mises à votre disposition sur ce site il y a quelques années. Trois d’entre elles ont d’ailleurs été publiées à l’intérieur d’un recueil au titre évocateur Mississippi Blues(Editions Averbode, 2005). Il y a un an, il publiait son 5eroman : Douze mesures pour un meurtre aux éditions Murmure des soirs. Un polar en immersion à l’époque des pionniers du Delta Blues.

L’action se situe à la fin des années de la prohibition à Hokum, un patelin imaginaire sur les rives du Mississippi dans les environs de Greenwood. C’est au Mapple Leaf dans l’hôtel de cette petite ville qu’un certain Alan Malox (cf. le diable et moi du même auteur) est retrouvé mort après avoir bu une limonade… Mais rassurez-vous, l’histoire prend une toute autre tournure quand Sol Charters, le sheriff chargé de l’enquête, apprend que ce Malox travaillait pour une grande maison de disque New yorkaise, et que cet homme sillonnait l’état du Mississippi avec un enregistreur portatif à la recherche de nouveaux talents. Malox aurait croisait le chemin d’un certain chanteur noir portant le nom d’un général américain quelques semaines auparavant…

Le décor planté, il va se jouer des scènes très détaillées dans lesquelles les protagonistes de l’histoire évoluent dans une atmosphère pesante et poisseuse du Sud profond. L’introspection du personnage en charge de l’enquête est notre véhicule à remonter le temps. Au fil des pages, l’auteur nous révèle plus qu’une intrigue policière mais un regard sur la guerre culturelle qui régnait à l’époque où des oreilles blanches s’encanaillaient des « race records » ce qui était loin d’être du goût de furieux ségrégationnistes.

Peu d’auteurs s’appliquent à écrire sur cette période culturelle trouble de l’histoire des Etats-Unis. Michel Lauwers, quant à lui, dépeint parfaitement ce moment même où tout a commencé pour le groove. Une époque qui résonne encore aujourd’hui dans une société schizophrène de l’air Trump. C’est aussi un hommage aux résistants grâce auxquels cette musique est venue jusqu’à nous en 2018 à l’heure où nous commémorons la mémoire de Martin Luther King. Ce roman composé bien loin de là, en Wallonie, mérite le détour pour tout les passionnés car son auteur l’a écrit une guitare à portée de main, grattant un blues en picking entre l’écriture de deux paragraphes !

Douze mesures pour un meurtre : de Michel Lauwers éd. Murmure des soirs

Commander le livre : https://murmuredessoirs.com/michel-lauwers.php

Les articles de Michel Lauwers sur Docteur Blues :

http://www.docteurblues.fr/wordpress/crossroads
http://www.docteurblues.fr/wordpress/le-vieux-qui-fait-valsedinguer-les-momes/
http://www.docteurblues.fr/wordpress/tout-le-monde-chante-du-robert-johnson/

 

Jérôme Travers

 

les 5 derniers articles de Jérôme Travers

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?