Cruise with a Big Dez

Default Icon

Sail On Blues – Big Dez – réf : 5955492
On le sait les navires et leur capitaine n’ont qu’un port d’attache, mais dans le cas du Cap’tain Big Dez il est difficile de vérifier l’adage : ou est-ce l’exception qui confirme la règle ? Il est vrai que Philippe Fernandez, leader du groupe Big Dez, est partagé depuis plusieurs années entre Paris et Austin.

De ses premiers voyages en tant que mousse dont il a gardé l’ouverture d’esprit, jusqu’ à ses aventures plus récentes durant lesquelles il perfectionne son jeu et aiguise son style, Philippe devient très vite un matelot attitré et tourne derrière des artistes locaux tel que Mike Cross ou le célèbre batteur Uncle John Turner.
Quand il rentre en France, l’objectif est simple : faire tourner le groupe un peu partout en Europe et préparer le grand plongeon : un enregistrement Big Dez « pur jus » à Austin, Texas…

En Mars 2003, l’équipage embarque enfin et traverse l’Atlantique. le vent les emporte jusqu’au « Congress House » où ils enregistrent en trois jours les 9 composition et les 2 reprises de l’album.

Blues moderne, synthèse de style basée sur une construction rythmique léchée, la direction artistique de l’album laisse la part belle aux musiciens qui tour à tour se mettent en valeur et prennent le quart sur la passerelle. Marc Schaeller qui nous avait déjà impressionné avec les Blooser confirme avec ses interventions tout le bien que l’on pensait de lui. Bala Pradal aux claviers — lui aussi entendu sur l’album des Bloosers — maîtrise l’instrument et insuffle une stabilité à l’ensemble en faisant contre poids aux parties de guitare du leader. En fait, Bala, c’est un peu le Sean Connery du blues français… ;-)
Philippe Fernandez, que je suppose adepte de belles guitares, donne le cap et colore son jeu incisif et précis. Les accents de la guitare sont texans, mais pas seulement, on peut reconnaître quelques intonations entendues chez Amar Sundy.

Sa voix bien charpentée n’est pas trahie par son accent, lui aussi, a eu la chance de se perfectionner et de labelliser son english de chez Antone’s…
Les deux marins qui tiennent la rythmique, je l’ai déjà dit, assurent et s’amusent avec les ruptures de tempo et les syncopes.

Enfin, Big Dez nous débarque un album trapu d’un blues-fusion très musical cependant un peu froid à mon goût (mister ice-man Albert Collins n’est pas loin), mais les amateurs y trouveront leur compte… Mention spécial à la pochette très réussie signée swampfactory.

et surtout jeter un coup d’oeil sur : www.bigdez.com

Docteur Blues

 

les 5 derniers articles de Jérôme Travers

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?