Collez serré avec Delgres à la Maroquinerie

Chroniques de concert

Delgres, du blues flambé au rhum… Ou comment la musique créole s’arrange à merveille avec le son du bayou et du sud profond.

12 septembre. Soirée de rentrée de la Maroq, sous le haut patronage du label Pias. Ras-la-gueule, bondée, archi-complète la salle en sous-sol. A tel point que le signataire de ces lignes a du faire le forcing pour pouvoir s’y glisser (merci au passage à la collègue de la Grosse Radio Rock de lui avoir cédé sa place !). Les raisons de ce succès ? La récurrence de ces soirées qui drainent curieux et pros. Maybe… L’intense couverture médiatique due à la sortie de l’album et l’intérêt qu’elle peut susciter, peut-être bien que oui… Les très bons retours critiques reçues par Mo Jodi’, ça doit jouer… Mais n’est-ce pas tout bonnement qu’il était grand temps que Delgres ait enfin la reconnaissance qu’ils méritent ?

Pascal Danaë, en mode béret vert-mais-noir

Pascal Danaë, en mode béret vert-mais-noir et lunettes assorties, apparaît sur scène avec ses deux complices. Ils débutent le set par un Respecte nou, qui remporte d’entrée l’adhésion du public. Poppy Ackroyd et Dan Stock ont beau l’avoir chauffé, au vu de l’accueil dès ce premier titre, la plupart sont là pour le trio. Pas de baisse de charge pour Mo Jodi’. « Mourir aujourd’hui » est leur titre étendard, un morceau écrit en hommage à Louis Delgres combattant de la liberté, figure de la lutte anti-esclavage en Guadeloupe. Le ton est donné. Le rythme hypnotique, marqué par la puissance du soubassophone de Rafgee qui en surprend plus d’un… Boucles discrètes en intro, son de guitare quasi Santanaesque, Ramenez mwen conjugue blues râpeux et douceur de vivre créole. Double dose d’émotion du coup. Baptiste Brondy se fend d’un solo de batterie et de haute volée tandis que Pascal Danaë nous fait chanter en chœur ; « Nous sommes tous créoles ce soir ! ».

Mettre le feu façon blues

Mister Président fait lui écho au Mista President afrobeat des canadiens de Soul Jazz Orchestra, deux pamphlets à l’adresse des soi-disants puissants d’une efficacité redoutable… Avec Let me go, Delgres se fait plus électrique, créol’n’roll comme l’a fort bien écrit un confrère. Retour au romantisme des îles avec Séré mwen, un titre « sur l’amour et ses incertitudes » enregistré avec Skies Edwards de Morcheeba. Pascal Danaë, qui fait preuve de toute sa puissance vocale, est fort bien soutenu par Rafgee. Boucles d’intro d’orage tropical, sur lesquelles glissent les notes de guitare, Lanmle la nous met le feu façon blues. Et on se retrouve à nouveau à brayer en créole… Les fans de Led Zep reconnaissent sans peine les riffs de Whole lotta love sur le titre éponyme. La relecture est culottée et réussie. Deux titres encore – Ti Manzelle et Anko -, puis Pascal Danaë exprime sa satisfaction d’avoir enfin un album derrière soi après toute la route parcourue. La trajectoire de Delgres paraît bien lancée et on pourra d’ailleurs les retrouver au Café de la Danse le 3 décembre prochain.

Facebook Delgresband

Le Mad

photos © Jérôme Travers/Docteur Blues

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?