Cedric Watson à Lafayette

Les Disques

Cedric Watson et Bijou Créole – Creole Moon – Live From Blue Moon Saloon Valcour Records
A peine un an après avoir mis en boîte l’album « L’esprit Créole » pour le label Valcour de Joel Savoy, voici le grand retour de Cedric Watson. Cette fois-ci le répertoire est nettement moins traditionnel, moins porté sur le « Black Cajun Trad. » et sur l’old time cajun, plus spontané. Quoi de plus normal, me répondrez vous, puisque qu’il s’agit d’un Live.
Haut lieu de festivité, le Blue Moon Saloon de Lafayette a déjà permis la retranscription d’un Live, curieusement enregistré au Roadhouse Rags d’Austin intitulé « Best of the Bayou ». Ce disque permettait d’entendre les Lost Bayou Ramblers des frères Michot, Les Bluerunners de Mark Meaux et enfin Jeffery Broussard et ses Creole Cowboys, seule formation Zydeco du cd.
Ce qui frappe d’entrée avec ce « Creole Moon » c’est la pochette. Si le visuel avant représente Cedric Watson accordéon en bandoulière, chapeau vissé sur la tête et avec un sourire illuminant son visage, c’est surtout l’image dorsale qui étonne : le Blue Moon Saloon est blindé, plein à craquer, on y danse, on doit aussi y boire, en clair on ne s’y emmerde pas comme dans certains concerts de la périphérie parisienne. Ca a l’air d’être festif, simple, on doit pouvoir s’y faire payer un godet, pouvoir échanger des propos sur la musique et certainement d’autres sujets, pouvoir fumer un clope… En clair Vivre simplement, sans restriction ! Et bien sûr, tout cela se retranscrit dans le répertoire que nous propose Watson et son groupe Bijou Créole.

Première constatation, par rapport à l’album précédent, c’est exactement la même line up. Bijou Créole est toujours formé de la même équipe : Blake Miller à la basse, Jermaine Prejean à la batterie, Zydeco Mike Chiasson aux percussions et au frottoir et enfin du jeune guitariste Chris Stafford. Dans un rôle de guest, nous retrouvons sur 3 titres l’excellent Jali Morikeba Kouyate à la kora et Dickie Landry, un saxophoniste du coin sur le dernier titre. L’apport de la kora, harpe africaine d’origine mandingue, sur 3 morceaux bien dispatchés apporte un plus incontestable. Rappelons que le griot Kouyate a été parmi les premiers à électrifier son instrument, qu’il contribue à faire découvrir la musique folklorique du Sénégal dans le monde, mais aussi que son talent l’a amené à jouer au sein de formations de jazz.
Parmi les 11 plages du cd, Cedric Watson n’a écrit qu’un seul morceau « Afro Zydeco » chanté dans un délicieux old french et qui dégage une bonne énergie d’entrée de jeu. Le reste du répertoire se divise en deux parties distinctes : d’une part les titres issus du répertoire cajun et de l’autre 4 morceaux qui sont des reprises Zydeco.
Pour affiner l’historique du répertoire, deux titres sont accrédités au Traditionnel : « Juré » et « Jogue Au Plombeau » ; cette dernière est bel et bien une composition de Canray Fontenot, tandis que la 1re provient très probablement de « Bois Sec » Ardoin.

Parmi les reprises cajuns citons « Musicien Avec Un Cœur Cassé » d’Ulysse Poirrier déjà repris par les Pine Leaf Boys dans l’album « Blues de Musicien », « Pa Janvier » de l’impayable Dennis McGee, « Canray’s Jig » de Canray Fontenot avec une splendide partie de fiddle et enfin « The Corner Post » compo du producteur arrangeur Peter Schwartz immortalisée par Steve Riley et les Mamou Playboys.
C’est cependant sur les titres Zydeco que se porte ma préférence avec les deux reprises sur vitaminées de John Delafosse « Old Time Two Step » et « Richard’s Two Step » et que dire de « Zydeco Coteau » titre emblématique de Boozoo Chavis qui figurait sur l’album « Zydeco Trail Ride » (celui ou on voit Boozoo jouant du biniou sur son cheval). Mais la palme reviendra au formidable « I’m On The Wonder » titre qui marquait les débuts discographiques du grand Clifton Chenier pour le label Arhoolie en 1973. Peu d’artistes ont repris ce titre, sans doute par peur d’être mangé par la version originale particulièrement flamboyante de Chenier. Récemment, Major Handy en a livré une bonne version mais Cedric Watson et son band, bien épaulés par la kora de Kayouté qui personnalise le morceau, nous donnent le frisson pendant presque 9 minutes.

Bien produit, sans surenchère, bénéficiant d’un son quasi exceptionnel (Tony Daigle), voici un cd Live d’un jeune artiste en passe de devenir Maître en accordéon et en fiddle qui mérite assurément d’être découvert. Le label Valcour fait fi des étiquettes et garde une ligne directrice des plus cohérentes et aussi des plus louables.
Si vous aviez la chance chers lecteurs de faire un petit tour à Lafayette, n’oubliez pas le Blue Moon, un bar saloon où la programmation variée doit combler les plus difficiles.

http://www.cedricwatson.com/

Le Kingbee

relire la chronique : Les Amis Creole

 

les 5 derniers articles de kingbee

A propos kingbee

Le kingbee, le sobriquet choisi par ce chroniqueur rend hommage à ses premières influences, également très porté sur le cajun, le zydeco, le gros son seventies... Il ne déteste pas la Soul sudiste. Le kingbee a tâté il y a bien longtemps une carrière de musicien qui n'a jamais décollé...

Une réflexion au sujet de « Cedric Watson à Lafayette »

  1. J’avais beaucoup aimé le concert qu’ils avaient donné à Cognac avec les Pine Leaf Boys. Cedric m’avait vraiment bluffé ce soir là !

Laisser un commentaire