Black Merda

Anthologie

Black Merda « Black Merda » (LR111)
Originaire du Mississippi, la formation Black Merda (prononcé Murder) dispose à son actif de deux albums. Le premier a été publié en 1970 par le label Chess à Chicago, le second par Janus en 1972 sous le titre « Long Burn The Fire » (à noter que ce second lp vient de faire l’objet d’une réédition par le label Funky Delicacies). Il est amusant de constater que le CD « Black Merda », portant donc le même titre que le groupe, vient d’être réédité en CD lui aussi par Universal Russia. La pochette se rapproche fortement du visuel original. Le livret intérieur de 4 pages étant en caractères cyrilliques, je ne pourrais malheureusement le commenter.
Composé des frères Hawkins (Anthony et Charles) aux guitares, Veesee L. Veasey (basse) et de Tyrone Hite (batterie), ce quatuor afro américain avait choisi d’évoluer sous le nom de Black Murder, se ravisant sur Black Merda afin de ne pas choquer la communauté noire en ces temps instables. Mais les musiciens de B M n’étaient pas des débutants. Tous avaient joué comme accompagnateurs pour Edwin Starr, Wilson Pickett et avaient œuvré dans le giron des Temptations. Le succès d’un certain Jimmy Hendrix allait réorienter ces 4 « porteurs d’eau » vers un registre beaucoup moins Soul.
BM nous propose à travers ce disque un registre mélangeant Funk, Rock, Blues Psyché, Blues patiné de Soul et de Roots. Les onze faces du CD sont toutes des originaux dues principalement à la plume de Veasey et d’Anthony Hawkins. Le disque est certes marqué par une influence hendrixienne, mais BM parvient à obtenir un son caractéristique. On pourra y apprécier une basse ronde qui cimente parfaitement l’ensemble, une batterie légèrement en retrait qui permet aux guitares de prendre de l’ampleur avec des solos sobres et joués à bon escient. Les voix sont souples et dynamiques. L’opus commence par un titre où l’influence d’Hendrix est évidente ; il ne s’agit cependant pas d’un titre violent ou basé sur de l’expérimental. « Think Of Me » est un merveilleux Blues vocal, Hawkins y est juste accompagné d’une guitare tandis que ses 3 compagnons se prêtent au rôle de choristes. « Cinthy-Ruth » propose un retour vers un Funk Rock, tandis que « Over And Over » est un superbe Blues instrumental, avec un solo de guitare titanesque, sans pédales, le phrasé de guitare pourra rappeler celui de Freddy Robinson. Avec « Ashamed » et « Reality » c’est encore un retour vers le Funk qui nous est proposé, le second titre étant plus relaxe et plus Soul que le précédent. En septième position, « Windsong » est un excellent Blues Soul, lent et instrumental, qui permet à la guitare de délivrer de somptueuses arabesques pleines de retenue. Les deux plages suivantes nous ramènent vers le Funk Rock tendance Hendrix. « I Don’t Want To Die » est un titre souple qui vous plonge dans une torpeur languissante. Enfin le dernier morceau (non indiqué sur la pochette) est un titre Roots de …38 secondes qui ne s’imposait peut être pas tant l’intérêt musical y est faible. Mais cette ultime face « Set me free » a certainement valeur de message.
Je précise aussi pour la petite histoire, que nos amis russes ont fait une erreur de date mélangeant un microsillon Chess de 1967 à l’album de 70. Pour l’anecdote, Hite est natif de Detroit, contrairement à ses collègues tous mississippiens, et ces gens là jouent toujours, se produisant sous le nom de Merda.

Le disque risquant d’être difficile à obtenir, je préconise l’adresse d’un excellent chercheur importateur : square-cd@wanadoo.fr

Le Kingbee

Note : Black Merda dispose d’un superbe site très documenté : www.blackmerda.com

 

les 5 derniers articles de kingbee

1 Commentaire
  1. Jipes 12 années Il y a

    Excellente chronique ! J’avais lu le petit paragraphe consacré ? ce groupe dans l’excellent livre sur le Funk et JAmes Brown mais ca ne fait que confirmer les propos de l’auteur c’est donc un CD a se procurer ;o)

    Merci pour le post ! Keep it funky !

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?