6e Blues Challenge Européen Torrita di Siena, Italie

Chroniques de concert

La Toscane est belle quand il ne pleut pas !
Les 7, 8 et 9 avril avait lieu à Torrita di Siena l’édition 2016 de l’European Blues Challenge. 21 groupes représentant 21 pays étaient appelés à se présenter sur deux soirées pour concourir…

Si le 7 avril les organisateurs locaux avaient réservé comme de tradition la soirée aux musiciens italiens pour un large tour d’horizon du blues italien, les choses sérieuses se répartirent sur les deux soirées du 8 et du 9 avril, présentée par Veronica Sbergia.

11 groupes le premier soir, 10 le lendemain et nous aurions les résultats pour l’année 2016.

Ce qui ne manqua pas d’arriver :

Ainsi furent récompensés :

  • à la troisième place, les allemands de Wellbad qui ont présenté un blues très influencé par Tom Waits.
  • à la seconde place les Hollandais de Phil Bee’s Freedom avec un jeune guitariste de 17 ans qui à démontré toutes les facettes de la descente de manche face nord comme face sud
  • à la première place les Norvégiens d’Eric « Slim“ Zahl and the South West Swingers qui ont conquis jury comme public.

Quelques réflexions purement personnelles :
Une fois encore, ce sont les groupes de la dernière soirée qui arrivent  sur les trois marches du podium ! Alors que par exemple pour ne citer qu’eux les Hongrois de Mojoworkings (en électro acoustique) ou les jeunes Suédois d’Ida Bang & the Blue Tears (beaucoup plus électrique) le premier soir n’avaient pas démérité.

Que l’on veuille récompenser un guitar hero adepte de blues-rock (le marché en est déjà encombré et les deux soirées nous en montrèrent un certain nombre) et qui plus est un jeune pourquoi pas mais cela ne fait pas avancer grand chose et ne satisfait que les adeptes du genre (qui malheureusement semblent de plus en plus nombreux )

Par contre, il est incompréhensible que les Espagnols de Wax & Boogie ne soient pas sur le podium alors qu’à l’applaudimètre ils avaient fait quasiment jeu égal avec les Norvégiens parmi le public. Seul groupe sur les 21 ayant un saxophone et pratiquant un Rhythm and Blues de très bonne facture, ils n’ont pas été retenu parce que (c’est le sentiment de plusieurs participants) depuis plusieurs années, les catalans basques ou madrilènes de l’état espagnol se sont déjà classés plusieurs fois sur le podium. Ces arrières pensées qui veulent tendre à élargir le champ à tout un chacun risquent en fait de  développer de l’amertume et du ressentiment.

Un constat s’impose. Aujourd’hui la vitalité du blues européen, nous la retrouvons dans l’état espagnol mais aussi depuis longtemps dans les pays nordiques (Finlande, Suède, Norvège) qui ont su réellement se fédérer pour que les musiciens locaux trouvent à se produire.

Encore un détail. Placer un écran derrière la scène plutôt que le traditionnel panneau statique conduit à rendre impossible toute prise de photos de qualité des batteurs par exemple qui eux ne se déplacent pas sur scène. Donc vous n’en aurez quasiment pas dans le report photo de Miss Béa.

Serge Sabatié

Le reportage photo de Miss Béa

Enregistrer

 

les 5 derniers articles de Serge Sabatié

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?