Mary Gauthier, « Mercy Now »

Les Disques

Mary Gauthier – « Mercy Now » – Lost Highway – 2005
Il y a des frères de sang. On peut toujours compter sur eux. Et puis il y a des soeurs de larmes avec elles on ne calcule pas. Le Blues qu’elles balancent vous broie le coeur comme ce soir où le soleil qui se couche au dessus des toits ressemble à un coeur arraché. J’écoute « Mercy Now » de Mary Gauthier sorti en 2005 sur « Lost Highway ». Tout se tient… jusqu’au nom de cette compagnie tiré d’un titre du grand Hawk dont Town Van Zandt a donné une version poignante dans son dernier CD « Highway Kind » sorti en 1997.
Les dix titres de cet album vous ouvrent directement le coeur au scalpel.
« Falling out of love » commence par une guitare égrenant ses notes comme des gouttes de pluie sur la vitre d’un train derrière laquelle on n’arrête pas de penser à celle que l’on vient de quitter. L’harmo au loin est d’une mélancolie sublime tandis que la batterie métronomique contraste avec les nappes de steels et les choeurs. Le chant sussuré est à tomber. Si le terme existait on pourrait parler de « Heartspel » au lieu de gospel.
« Mercy now » plus country me fait penser aux romans de Dorothy Allison. Le solo de violon et les parties de lap steel de l’immense Gurf Morlix sont poignants. Et puis il y a ce vers « My church and my country could use a little mercy now/ As they sink into a poisoned pit… »

« Wheel inside the wheel » débute au banjo à la manière d’un titre de William Elliot Whitmore. La voix est pleine de morgue et avec elle on traine du coté de la Nouvelle Orléans. Pas celle des touristes mais celle d’Angier et de ses quartiers à crack et avec un peu d’avance du coté des cloaques que sont devenus les quartiers pauvres d’après Katarina… prémonitoire !
Digne du « Out of mind » de Bob Dylan qui doit être jaloux de ce titre, « I drink » est une des plus belles mais aussi plus cruelles chansons de cet album. Rien que le refrain…
« Fish swin
Birds fly
Daddies yel
Mama cry
Old men
sit and think…
I drink. »

L’intro en picking, le phrasé de Mary me fait rêver à un duo avec Steve Earle.
« Just say She’s a rhymer » est écrit par un certain Harlan Howard. Le violon lance le morceau comme si c’était du Georges Jones et ne lâche pas le comptoir jusqu’à la fin. Le genre de titre qui pourrait paraitre ringard si il n’y avait pas cette voix. Mais que celui qui n’a jamais pleuré sur sa tequila me paie la prochaine bière.
« Prayers without words » débute comme une baston. Une partie d’orgue sublime s’entrelace avec le violon… sauvage ! Dans sa façon de chanter on sent la femme qui s’est relevée de pas mal de choses et qui ne s’en laisse plus compter. Celle qui au bout du bar ne crache jamais sur un dernier verre, joue avec le feu et n’a pas peur de s’y brûler. Le coeur et le regard comme un chant de braises.
« Your sister cried » a été écrit par un certain « Fred Eagles Smith ». C’est un Country Blues sublime, poisseux, trainant et rageur. Quelque part ce titre me fout les foies par sa colère. A ne pas écouter certains soirs, entre autres ceux où l’on a qu’une envie… comme balancer son poing à travers la vitre ou la bouteille contre le mur.
« Empty spaces » est une ballade folk que pour ma part je me verrais bien écouter en avion en regardant par le hublot les paysages défiler tout en me demandant si quelque part je ne me suis pas trompé en montant dedans au lieu de rester.
« Drop in a bucket » est de la même veine carbonisée que certaines chansons de son disque précèdent « Firth and Fire »… grand morceau !
« It Ain’t the wind » est un concentré de rage pure. Le compteur est dans le rouge et là on ne rigole plus.
 » I was born lonesome and I’m lonesome too / Ain’t nothing you done ever changed how I feel… »
Pour ceux qui connaissent la même fureur rebelle que dans les titres solos d »un Mike Ness…
« But this song ain’t about of above / We’re not punished four our sins but BY THEM… »

Les grands esprits se rencontrent souvent autour de la même musique et du même bar.

Santé !

http://www.marygauthier.com/

Paco

 

les 5 derniers articles de paco

1 Commentaire
  1. martine 10 années Il y a

    « “Mercy now” plus country me fait penser aux romans de Dorothy Allison » : c’est exactement cela !
    Avez-vous écouté son dernier CD : « Between Daylight And Dark » sorti en septembre 2007 ? Une pure merveille !!!
    J’ai vu Mary Gauthier sur scène l’an dernier à 3 reprises : à Barcelone, à Bois le Duc, accompagné par son fabuleux partenaire musicos Thomm Jutz http://www.thommjutz.com, qui l’accompagnait à la guitare et en plein cambrousse hollandaise toute seule à la guitare, c’était à LageWursche, au milieu d’une fôrêt dans un lieu genre salle des fêtes et à chaque fois : c’était génial !!!

    Peut-être va-t-on la voir au printemps en Europe de nouveau !!!

    Bravo pour votre bel article sur le CD « Mercy Now »

    Martine

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?